L’homme a-t-il domestiqué les plantes, ou est-ce elles qui nous ont domestiqués ?

La domestication est une technologie ancienne qui a joué un rôle essentiel dans notre évolution en tant qu’humains, au même titre que le développement du langage ou la culture du feu. Lorsque les humains ont commencé à domestiquer les plantes et les animaux il y a environ 10 000 ans, cela a marqué le début d’une nouvelle ère pour l’humanité, permettant l’épanouissement de la civilisation et de notre monde moderne, sans parler de notre éventuelle explosion démographique.

L’historien Yuval Noah Harari affirme que “la révolution agricole a été la plus grande fraude de l’histoire” et que des plantes comme le blé, le riz et les pommes de terre ont “domestiqué” l’espèce humaine. Homo sapiensplutôt que l’inverse”.

D’une certaine manière, la domestication implique de conduire artificiellement l’évolution d’un organisme. Le généticien du 19e siècle Gregor Mendel en a fait la démonstration célèbre avec des plants de pois. En sélectionnant les pois pour la reproduction en fonction de certaines caractéristiques, comme la hauteur ou la forme de la cosse, Mendel a pu modifier lentement la génétique des plantes. Cela ressemble à ce que les anthropologues pensent que les anciens humains faisaient avec des cultures comme le riz et le blé, qui ne ressemblaient pas entièrement aux plantes que nous mangeons aujourd’hui.

Mais les experts ne sont pas tout à fait sûrs de la façon dont cela s’est produit. En fait, certains chercheurs ont proposé que c’était en fait le contraire – que certaines plantes ont domestiqué les humains, et non l’inverse. Dans son livre de 2014 intitulé “Sapiens : A Brief History of Humankind”, l’historien Yuval Noah Harari affirme que “la révolution agricole a été la plus grande fraude de l’histoire” et que des plantes comme le blé, le riz et les pommes de terre ont “domestiqué” les humains. Homo sapiensplutôt que l’inverse”.

“Il y a dix mille ans, le blé n’était qu’une herbe sauvage, parmi tant d’autres, confinée à une petite étendue au Moyen-Orient. Soudain, en l’espace de quelques millénaires seulement, il poussait partout dans le monde”, écrit Harari. Aujourd’hui, “le blé est devenu l’une des plantes les plus prospères de l’histoire de la Terre” et ce n’est pas grâce à l’intuition humaine, mais à l’intelligence des plantes.

Le livre d’Harari a été largement rejeté comme un “infotainment” qui ne s’appuie pas vraiment sur des preuves scientifiques, mais il semble que les deux façons de concevoir la domestication soient trop simplifiées. Les humains n’ont pas seulement domestiqué les plantes et les plantes n’ont pas seulement domestiqué les humains. Nous avons domestiqué les uns les autrespar le biais de la coévolution et du mutualisme, une symbiose qui est bénéfique pour les deux organismes concernés.

La plupart des théories sur les origines de l’agriculture supposent une ” intentionnalité ” – que les humains voulaient de produire des variétés de maïs ou de blé qui mettent l’accent sur les avantages nutritionnels. Il est possible que l’agriculture soit apparue de manière accidentelle.

Une nouvelle étude publiée dans la revue PLOS ONE présente un moyen de vérifier cette théorie. Des chercheurs de plusieurs universités européennes, dont l’université de Cambridge, ont proposé le modèle Human-Plant Coevolution (HPC), qui génère une “grande diversité de trajectoires et d’états finaux simulés” qui pourraient aider à expliquer comment l’agriculture a émergé dans un certain nombre de scénarios différents. Les auteurs espèrent que ce modèle pourra être utilisé pour expliquer des cas spécifiques du monde réel, ce qui peut devenir extrêmement compliqué, car de nombreux experts s’accordent à dire que l’agriculture est apparue chez les humains à de multiples reprises et de manière indépendante.

“Dans un sujet comme la domestication et les origines de l’agriculture, où les archives archéologiques sont incomplètes à la fois dans l’espace et dans le temps, et où les expériences dans le monde réel sont irréalistes, l’utilisation de la modélisation et de la simulation est devenue une alternative utile pour tester les hypothèses et construire la théorie”, écrivent les auteurs. “Peu de modèles de simulation ont considéré la coévolution comme le mécanisme central produisant des changements à la fois chez les plantes et les humains.”

En d’autres termes, la plupart des théories sur les origines de l’agriculture supposent une “intentionnalité” – que les humains voulaient de produire des variétés de maïs ou de blé qui mettent l’accent sur les avantages nutritionnels. Il se peut que l’agriculture soit plutôt apparue de manière accidentelle, mais comme l’indique un article paru en 2021 dans la revue New Phytologist note que les preuves de l’une ou l’autre théorie “restent insaisissables”. La coévolution doit peut-être être examinée de plus près.

L’idée d’une coévolution avec les plantes que les humains préfèrent manger remonte à au moins 40 ans. David Rindos, un archéologue de l’Université Cornell, a décrit la coévolution dans son livre de 1984 “The Origins of Agriculture : An Evolutionary Perspective” comme le “concept unificateur” qui explique pourquoi les humains ont développé l’agriculture.

“L’agriculture n’est pas une adaptation particulière à l’environnement, mais un type de relation animal-plante”, écrit Rindos. Bien qu’elle ne soit pas parfaite, cette définition met en évidence les deux aspects les plus importants de l’agriculture : le fait qu’elle soit au moins partiellement transmise culturellement et qu’elle implique un certain type de relation entre les personnes et leurs proches…”.l’environnement, y compris les plantes qui peuplent cet environnement”.

Néanmoins, les auteurs de PLOS ONE affirment que ce domaine d’étude “manque toujours d’un cadre théorique unificateur” et visent à remédier à cela en présentant un modèle flexible qui peut tester diverses théories. Cette recherche est loin d’être concluante et n’a pas vocation à l’être. Le modèle HPC est plutôt un outil que d’autres peuvent utiliser pour séparer la spéculation des faits.

Nous ne saurons jamais avec certitude comment et pourquoi les peuples anciens ont commencé à cultiver leurs propres plantes au lieu de chasser et de cueillir leur nourriture. Mais le modèle de coévolution homme-plante permet un meilleur contrôle des variables qui ont pu faciliter l’essor de l’agriculture, ce qui pourrait contribuer à expliquer pourquoi certaines théories sont plus solides que d’autres.

Leave a Comment