Un tiers des étudiants universitaires de première année souffrent de dépression/anxiété modérée à sévère

Étudiant universitaire anxieux déprimé

Augmentation de la consommation de drogues liée à un risque accru ; sentiment d’appartenance lié à un risque moindre.

Environ un tiers des étudiants universitaires de première année souffrent ou développent une anxiété et/ou une dépression modérée à sévère, suggère la première étude du genre, publiée dans la revue en libre accès BMJ Ouvert.

L’utilisation croissante de médicaments sur ordonnance (mais non prescrits) et de drogues illicites chez les personnes sans problèmes de santé mentale au début de leur cours est associée à une plus grande probabilité de développer des niveaux significatifs d’anxiété et de dépression à la fin de leur première année, selon les résultats.

Mais socialiser et s’impliquer dans des clubs d’étudiants, des sociétés et des équipes sportives est lié à une plus faible probabilité de développer des symptômes importants ainsi qu’à stimuler le rétablissement de ceux qui présentent déjà des symptômes de dépression et d’anxiété lorsqu’ils commencent leur cours.

La transition vers la vie universitaire coïncide avec la période de pointe d’émergence des maladies mentales, dont la plupart (75 %) débutent à l’âge adulte, notent les chercheurs.

Les plus courants de ces troubles sont l’anxiété et la dépression, connus sous le nom de « troubles d’intériorisation » parce qu’ils sont dirigés ou vécus intérieurement et comprennent souvent la tristesse et la solitude.

Les chercheurs voulaient découvrir quels facteurs pourraient prédire le rétablissement chez les étudiants qui commencent l’université avec des symptômes d’anxiété et/ou de dépression modérés à sévères, et quels facteurs pourraient prédire l’apparition de ces symptômes chez les étudiants de première année sans anxiété ni dépression préexistantes.

Les chercheurs se sont appuyés sur les réponses au sondage d’un échantillon représentatif d’étudiants de première année inscrits dans une grande université publique basée sur la recherche à Kingston, Ontario, Canada en 2018.

L’enquête a exploré les facteurs précédemment associés aux performances scolaires et à la santé mentale des étudiants, et a été proposée 2 semaines après le début du premier trimestre en septembre 2018 et à nouveau 2 semaines avant le début de la période d’examen en mars 2019.

Les répondants ont également fourni des informations supplémentaires sur les facteurs potentiellement influents : l’éducation des parents; l’adversité au début de la vie, comme le divorce et les abus sexuels/physiques/émotionnels ; et la survenue au cours de la vie de troubles de l’humeur et d’anxiété.

L’échelle College Student Wellbeing a été utilisée pour évaluer le sentiment d’appartenance des étudiants à la fois au sein du campus universitaire et avec leurs pairs, tandis que la sous-échelle de soutien social de l’échelle de résilience pour adolescents a été utilisée pour mesurer les niveaux de soutien social.

La quantité et la fréquence de consommation d’alcool ; somnifères et stimulants qui n’avaient pas été prescrits; cannabis; analgésiques; opiacés; psychédéliques; et d’autres drogues récréatives utilisées par les étudiants ont été formellement évalués aux deux moments.

Quelque 58 % des élèves admissibles ont rempli la première série de questionnaires et d’évaluations (3029 sur 5245) et 37 % (1952) ont rempli les deux séries.

La prévalence des symptômes d’anxiété et de dépression cliniquement significatifs parmi les répondants était de 32 % et 27 %, respectivement, au début de l’année universitaire en 2018. Ces chiffres étaient passés à 37 % et 33 %, respectivement, en mars 2019.

L’analyse des facteurs associés au rétablissement a montré que les étudiants ayant des antécédents de troubles d’intériorisation au début de leur cours étaient près de 4 fois plus susceptibles de ne pas se remettre de niveaux importants de symptômes anxieux/dépressifs que ceux sans ces antécédents.

Mais les étudiants qui se sentaient liés à la vie universitaire et leurs pairs avaient de plus grandes chances de se remettre de la dépression et de l’anxiété, avec chaque augmentation d’un point sur cette échelle, correspondant respectivement à 18% et 14% de chances plus élevées.

En ce qui concerne les facteurs associés à l’émergence de l’anxiété/de la dépression au cours de la première année, chaque augmentation de 1 point de l’échelle de connectivité était associée à des probabilités inférieures de 10 % et 6 % de développer des symptômes de dépression et d’anxiété, respectivement.

Mais l’augmentation de la consommation de drogues était fortement associée à un risque accru : chaque augmentation d’un point du score, qui varie de 0 à 24, était associée à une probabilité 16 % plus élevée de développer des niveaux cliniquement significatifs de symptômes dépressifs.

Il s’agit d’une étude observationnelle, et en tant que telle, ne peut pas établir la cause. Et les résultats peuvent ne pas être plus largement applicables à d’autres universités dans d’autres pays, soulignent les chercheurs.

De nombreux facteurs interdépendants influencent l’émergence et le maintien des problèmes de santé mentale, y compris des facteurs biologiques, psychologiques et sociaux, ajoutent-ils.

Néanmoins, les résultats ont des implications importantes pour les politiques, les programmes et les pratiques universitaires en matière de santé mentale, avec la disponibilité de clubs, de sociétés et d’activités sportives susceptibles d’être essentielles pour promouvoir la santé mentale et le bien-être des étudiants, suggèrent-ils.

Ils concluent : « Des niveaux modérés à sévères d’anxiété et de symptômes dépressifs sont courants chez les étudiants à l’entrée à l’université et persistent au cours de la première année. La connectivité universitaire peut atténuer le risque de symptômes persistants ou émergents, alors que la consommation de drogues semble augmenter ces risques. »

Référence : « Trajectoires en santé mentale des étudiants de premier cycle au cours de la première année d’université : une étude de cohorte longitudinale » 30 novembre 2021, BMJ Ouvert.
DOI : 10.1136/bmjopen-2020-047393

Leave a Comment