Mimétisme batesien : ces chauves-souris effraient les prédateurs en bourdonnant comme des frelons

Chauves-souris à grandes oreilles

Chauve-souris à grandes oreilles. Les scientifiques ont découvert le premier cas de mimétisme acoustique de Bates chez les mammifères : les chauves-souris à grandes oreilles imitent le bourdonnement d’un insecte piqueur pour dissuader les hiboux prédateurs de les manger.

Dans le mimétisme batesien, une espèce inoffensive imite une espèce plus dangereuse dans une “ruse” évolutive qui protège l’imitateur des prédateurs potentiels. Or, des chercheurs ont publié aujourd’hui (9 mai 2022) dans le journal “Batesian” un article sur le mimétisme. Current Biology ont découvert le premier cas de mimétisme acoustique de Bates chez les mammifères et l’un des rares cas documentés chez une espèce : les grandes chauves-souris imitent le bourdonnement d’un insecte piqueur pour décourager les hiboux prédateurs de les manger.

“Dans le mimétisme batesien, une espèce non armée imite une espèce armée pour dissuader les prédateurs”, a déclaré Danilo Russo de l’Università degli Studi di Napoli Federico II à Portici, en Italie. “Imaginez une chauve-souris qui a été saisie mais pas tuée par le prédateur. Le bourdonnement pourrait tromper le prédateur pendant une fraction de seconde – suffisamment pour s’envoler.”

Russo a fait cette découverte alors qu’il menait des recherches sur le terrain au cours desquelles il capturait fréquemment les chauves-souris dans des opérations de filets japonais. “Lorsque nous manipulions les chauves-souris pour les sortir du filet ou les traiter, elles bourdonnaient invariablement comme des guêpes”, explique Russo.

Grande chauve-souris à oreilles de souris (Myotis myotis)

La grande chauve-souris à oreilles de souris (Myotis myotis). Crédit : Marco Scalisi

Ils ont reconnu le bourdonnement comme une sorte d’appel de détresse inhabituel. Ils ont pensé qu’il pouvait y avoir différentes raisons pour lesquelles les chauves-souris émettaient ce son. Peut-être pouvait-elle envoyer un avertissement aux autres membres de son espèce ou dissuader les prédateurs. Russo et l’équipe ont mis l’idée de côté et ont continué avec d’autres questions de recherche. Des années plus tard, ils ont décidé qu’il était temps de concevoir une expérience minutieuse pour tester leurs idées sur ce bourdonnement.

Dans leurs études, ils ont d’abord examiné la similitude acoustique entre les bourdonnements des chauves-souris et les piqûres des insectes hyménoptères sociaux. Ensuite, ils ont fait écouter ces sons à des hiboux captifs pour voir comment ils réagissaient.

Frelon (Vespa crabro)

Frelon (Vespa crabro) qui émet un son de “détresse” défensif. Crédit : Michelina Pusceddu

Les chouettes ont réagi de manière variable, probablement en fonction de leurs expériences antérieures. Néanmoins, ils ont systématiquement réagi aux bourdonnements des insectes et des chauves-souris en s’éloignant du locuteur. En revanche, le son d’une proie potentielle les incitait à se rapprocher. Selon les chercheurs, ces résultats constituent le premier exemple de mimétisme interspécifique entre mammifères et insectes, ainsi que l’un des rares exemples de mimétisme acoustique.

Il est intéressant de noter que leur analyse des sons a révélé que la similitude entre les bourdonnements diffusés par les frelons et les chauves-souris n’était la plus évidente qu’une fois que les paramètres acoustiques que les hiboux ne peuvent pas entendre étaient exclus de l’analyse. En d’autres termes, explique Russo, les bourdonnements sont encore plus similaires lorsqu’ils sont entendus de la manière dont les hiboux les entendent.

Chouette effraie (Tyto alba)

Chouette effraie (Tyto alba). Crédit : Maurizio Fraissinet

Les chouettes évitent-elles ce bourdonnement parce qu’elles ont déjà été piquées ? Selon Russo, il est probable que les insectes piqueurs piquent les hiboux, mais il n’existe pas de données permettant de le prouver. Il existe cependant d’autres preuves que les oiseaux évitent ces insectes potentiellement nocifs. Par exemple, lorsque les frelons s’installent dans des nichoirs ou des cavités d’arbres, les oiseaux en général ne les explorent même pas et n’y font certainement pas leur nid.

Selon les chercheurs, les trois espèces étudiées partagent les mêmes espaces, tels que les bâtiments, les fissures des rochers ou les grottes, ce qui leur donne de nombreuses occasions d’interagir. Malgré cela, ils trouvent intrigante cette relation complexe entre des espèces très éloignées les unes des autres.

“Il est quelque peu surprenant que les hiboux représentent la pression évolutive qui façonne le comportement acoustique des chauves-souris en réponse aux expériences désagréables que les hiboux ont avec les insectes piqueurs”, déclare Russo. “Ce n’est qu’un des innombrables exemples de la beauté des processus évolutifs !”.

Russo note qu’il existe de nombreuses autres espèces de vertébrés qui bourdonnent également lorsqu’elles sont dérangées et des centaines d’espèces de chauves-souris, dont certaines pourraient utiliser des stratégies similaires. Ils espèrent pouvoir rechercher ces dynamiques intéressantes au sein d’autres groupes d’interaction dans des études futures.

Référence : “Les chauves-souris imitent les sons des insectes hyménoptères pour dissuader les prédateurs” par Leonardo Ancillotto, Donatella Pafundi, Federico Cappa, Gloriana Chaverri, Marco Gamba, Rita Cervo et Danilo Russo, 9 mai 2022, Biologie courante.
DOI : 10.1016/j.cub.2022.03.052

Leave a Comment