La Russie annonce la fin de la coopération sur l’ISSS’inscrire gratuitement pour continuer à lire

La Russie va mettre fin à la coopération sur la Station spatiale internationale, a déclaré le chef de son agence spatiale.

Le pays ne travaillera plus avec des partenaires tels que la Nasa et l’Agence spatiale européenne sur le laboratoire flottant, a annoncé le chef de Roscosmos, Dmitry Rogozin, sur les médias sociaux. Il a ajouté qu’un calendrier pour l’achèvement du travail en commun sera soumis à la direction de la Russie.

L’ISS est le dernier projet spatial important sur lequel la Russie travaille avec ses agences spatiales partenaires, après que d’autres lancements et travaux aient été annulés à la suite de l’invasion russe de l’Ukraine. Mais elle reste sans doute le plus important, car elle abrite un certain nombre d’astronautes et son orbite doit être constamment maintenue pour éviter qu’elle ne retombe sur Terre.

Toutes les agences spatiales impliquées dans le travail sur la station spatiale ont largement continué à travailler normalement pendant la guerre au sol. Par exemple, la Russie a ramené sans encombre l’astronaute de la Nasa Mark Vande Hei sur Terre la semaine dernière – malgré les suggestions de refus – et les travaux sur l’ISS et son orbite se sont poursuivis.

En mars, cependant, M. Rogozin a lancé un appel aux agences spatiales du monde entier, leur demandant de lever les sanctions imposées aux entreprises des secteurs russe des fusées et de l’espace afin de garantir la poursuite des travaux sur l’ISS. Il a imposé une date limite à la fin du mois.

Ils ont répondu sans aucune indication que ces sanctions seraient levées, mais en s’engageant à poursuivre les travaux sur la station spatiale.

“La position de nos partenaires est claire : les sanctions ne seront pas levées”, a écrit M. Rogozin sur Twitter. “Dans le même temps, craignant la destruction de la coopération sur l’ISS, où le rôle de la Russie est d’une importance fondamentale pour assurer la viabilité et la sécurité de la station, les partenaires occidentaux indiquent clairement qu’en réalité, les sanctions en termes de travaux dans l’intérêt de l’ISS ne fonctionneront pas.

“Je considère que cet état de fait est inacceptable. Les sanctions des Etats-Unis, du Canada, de l’Union européenne et du Japon visent à bloquer les activités financières, économiques et de production de nos entreprises de haute technologie”, a-t-il poursuivi.

Il a ensuite déclaré que les sanctions étaient si importantes qu’une coopération ne serait pas considérée comme possible tant qu’elles seraient en place.

“Je crois que le rétablissement de relations normales entre les partenaires de la Station spatiale internationale et d’autres projets communs n’est possible qu’avec la levée complète et inconditionnelle des sanctions illégales”, a-t-il conclu.

“Des propositions spécifiques de Roskosmos sur le calendrier de l’achèvement de la coopération au sein de l’ISS avec les agences spatiales des États-Unis, du Canada, de l’Union européenne et du Japon seront rapportées aux dirigeants de notre pays dans un avenir proche.”

Leave a Comment