Le télescope spatial James Webb se refroidit jusqu’au zéro absolu pour nous permettre d’apprendre les secrets les plus profonds des planètesS’inscrire gratuitement pour continuer à lire

Le télescope spatial James Webb de la Nasa refroidit ses instruments en rayonnant de l’énergie thermique dans l’obscurité de l’espace.

Le processus, qui se déroule depuis trois mois, a permis d’abaisser la température des instruments entre 34 et 39 kelvins (environ -230 degrés Celsius), mais il devra finalement atteindre une température de fonctionnement de 7 kelvins (-266 degrés Celsius).

Les capteurs de lumière du MIRI (Mid-InfraRed Instrument) sont essentiellement aveugles s’ils ne fonctionnent pas à des températures inférieures au point de congélation, car sinon tout signal détecté depuis le ciel est perdu sous le signal du “courant d’obscurité” généré en interne par le télescope.

Le refroidissement de cet instrument est l’un des derniers défis majeurs que doit relever Webb avant que l’équipe MIRI puisse vraiment se détendre, et le passage par le “point de pincement” du refroidisseur sera l’étape la plus difficile de ce défi”, ont déclaré Alistair Glasse et Macarena Garcia Marin dans un communiqué, tous deux scientifiques de l’instrument MIRI.

“À ce moment-là, le refroidisseur aura évacué la quasi-totalité de la chaleur qui reste dans les 100 kg de métal et de verre de MIRI depuis le matin de ce jour de lancement tropical, il y a trois mois. MIRI sera le dernier des quatre instruments de Webb à ouvrir les yeux sur l’univers.”

Cet instrument peut fonctionner à une longueur d’onde beaucoup plus grande que les autres outils, permettant aux scientifiques d’explorer l’univers infrarouge à un niveau de détail qui n’a encore jamais été atteint.

Les scientifiques pourront cibler les nébuleuses proches et les galaxies lointaines, ainsi que les couleurs des planètes exo-géantes de la taille de Jupiter. Cela pourrait aider les astronomes à révéler les identités chimiques, les abondances et les températures des gaz de leurs atmosphères – ce qui pourrait à son tour aider à découvrir de l’eau, de l’ozone, du méthane et de l’ammoniac, dont beaucoup sont des biosignatures dans certains scénarios et pourraient indiquer l’existence d’une vie extra-terrestre.

En plus de rechercher des extraterrestres, le télescope spatial James Webb peut également révéler les secrets de la formation des étoiles et des planètes.

En effet, “la lumière infrarouge permet de voir à travers la poussière obscure, elle capte les signatures thermiques des jeunes étoiles et planètes, et elle révèle la présence de composés chimiques importants, tels que l’eau et la chimie organique”, a déclaré Klaus Pontoppidan, un scientifique du projet Webb au Space Telescope Science Institute, à Baltimore, dans le Maryland.

Leave a Comment