La NASA aurait prévu des mesures d’urgence pour la station spatiale en cas de poursuite de l’alliance russe

La NASA et la Maison Blanche ont depuis la fin de l’année dernière discrètement élaboré des plans d’urgence pour la Station spatiale internationale à la lumière des tensions avec Moscou qui ont commencé à s’accumuler avant l’invasion de l’Ukraine par la Russie, selon neuf personnes ayant connaissance de ces plans. La planification de l’agence spatiale américaine montre comment les États-Unis jonglent avec leurs relations avec la Russie, un allié crucial dans le projet de station spatiale internationale, qui implique également des entreprises telles que Boeing, SpaceX et Northrup Grumman.

Une alliance vieille de deux décennies, que la NASA a cherché à préserver comme l’un des derniers liens de coopération civile entre les deux superpuissances, est en danger.

Les plans élaborés par les responsables américains prévoient des moyens de retirer tous les astronautes de la station si la Russie devait la quitter brusquement, de la faire fonctionner sans le matériel crucial fourni par l’agence spatiale russe et de se débarrasser potentiellement du laboratoire orbital des années plus tôt que prévu, selon trois des sources, qui ont toutes demandé à ne pas être identifiées.

Si les responsables de la NASA et de la Maison Blanche ont déjà reconnu l’existence de plans d’urgence, ils ont évité d’en parler en public pour ne pas attiser les tensions avec la Russie. Les responsables de la NASA soulignent plutôt les relations étroites qu’ils entretiennent avec l’agence spatiale russe, Roscosmos.

“Nous sommes très engagés, évidemment, à poursuivre cette relation”, a déclaré Kathy Lueders, chef des opérations spatiales de la NASA, lors d’une interview la semaine dernière. “Nous devons cependant nous assurer que nous avons des plans. Nous sommes la NASA. Nous avons toujours des imprévus”.

L’ISS a été conçue il y a plus de deux décennies pour être techniquement interdépendante entre la NASA et Roscosmos. La NASA fournit les gyroscopes pour l’équilibre de la station spatiale et les panneaux solaires pour l’électricité, et Roscosmos contrôle la propulsion qui maintient en orbite le laboratoire de la taille d’un terrain de football.

Plusieurs entreprises spatiales ont été impliquées dans la planification, Boeing, l’un des principaux contractants privés de la station, ayant chargé une équipe d’ingénieurs d’examiner les moyens de contrôler la station spatiale sans les propulseurs russes, selon l’une des sources.

Ces dernières semaines, la NASA a travaillé à la rédaction d’une demande officielle adressée aux contractants pour trouver des moyens de désorbiter la station spatiale plus tôt que prévu au cas où la Russie se retirerait de l’alliance, ont indiqué deux des sources. La Russie gère les propulseurs de la station depuis Moscou, jouant ainsi un rôle clé dans le retour de la station dans l’atmosphère terrestre à la fin de sa vie.

La semaine dernière, les agences de presse russes ont cité le nouveau responsable de l’espace, Yuri Borisov, qui a déclaré que le pays n’avait pas fixé de date pour son retrait de l’ISS, mais que tout retrait serait effectué “en stricte conformité avec nos obligations”. L’accord intergouvernemental de la station exige que tout partenaire donne un préavis d’un an de son intention de partir.

Roscosmos n’a pas pu être joint immédiatement pour commenter jeudi.

La NASA a déclaré à Reuters que Roscosmos avait demandé il y a deux ans si l’agence spatiale américaine pouvait fournir un vaisseau spatial pour aider au processus de désorbitation.

La NASA a refusé d’aborder les plans d’urgence spécifiques qu’elle envisage, mais a déclaré qu’elle était “continuellement à la recherche de nouvelles capacités sur la station spatiale et qu’elle planifiait une transition sans heurts vers des destinations commerciales en orbite terrestre basse”.

L’agence s’efforce d’amorcer le développement de stations spatiales privées qui pourraient succéder à l’ISS après sa date de fin prévue en 2030.

Contrôle du propulseur

Les plans d’urgence de la NASA ont été largement axés sur le contrôle de la station sans les propulseurs russes, selon les sources.

Lors d’une démonstration en juin, Northrop Grumman a utilisé pour la première fois une version modifiée de son vaisseau cargo Cygnus pour modifier l’orbite de la station spatiale alors qu’elle était amarrée, démontrant ainsi une alternative potentielle aux propulseurs russes.

Toutes les futures capsules Cygnus seront capables d’effectuer ces reboosts si la NASA le demande, a déclaré une porte-parole de Northrop. Le test faisait partie d’un effort de la NASA qui a commencé en 2018, mais a été accéléré dans un contexte de tensions croissantes, ont précisé les sources.

Pendant ce temps, SpaceX, la société privée de vaisseaux spatiaux fondée par le PDG de Tesla, Elon Musk, a également étudié des capacités de reboost similaires, ont déclaré deux des sources. La capsule Dragon de SpaceX transporte des marchandises et des astronautes vers et depuis la station spatiale.

La planification d’urgence de la NASA avec la Maison Blanche a commencé fin 2021, alors que les relations des États-Unis avec la Russie se détérioraient, ont déclaré quatre responsables américains.

Cela s’est également produit après que le ministère russe de la Défense a testé en novembre une arme antisatellite en détruisant un satellite défunt, créant ainsi un champ de débris près de l’ISS qui a forcé les astronautes à se rendre dans l’ISS.un abri, selon les sources.

Néanmoins, les hauts responsables des deux agences spatiales ont réaffirmé l’alliance dans l’espace.

Rose Gottemoeller, conseillère à la sécurité nationale de l’ancien président américain Bill Clinton pour les affaires russes et eurasiennes, a déclaré à propos de la relation avec la Russie sur l’ISS : ” Elle a été extrêmement bénéfique pour la science et la technologie américaines, pour l’avancement de notre programme spatial, et elle est donc dans l’intérêt de la sécurité nationale des États-Unis “.

“Même après cette horrible et violente invasion de l’Ukraine, nous avons été en mesure de la maintenir parce qu’elle est bénéfique pour nous, comme elle est bénéfique pour les Russes”, a ajouté Goettemoeller, qui a joué un rôle clé dans la création de l’alliance américano-russe sur la station spatiale en 1993.

Soulignant la relation toujours forte entre les deux agences spatiales, les sources ont indiqué qu’une petite équipe de responsables de la NASA a rencontré ses homologues russes à Moscou au début du mois de juillet pour finaliser un accord recherché depuis longtemps concernant le partage des vols d’astronautes vers l’ISS, une capacité que la NASA considère comme essentielle pour disposer d’un moyen de transport de secours vers la station.

L’accord, annoncé le 15 juillet, permet aux cosmonautes russes de voler sur des vaisseaux spatiaux de fabrication américaine en échange de la possibilité pour les astronautes américains de voyager sur les capsules russes Soyouz. Le premier cosmonaute russe visé par l’accord, Anna Kikina, doit décoller de Floride en septembre à bord du Crew Dragon de SpaceX.

La NASA est en pourparlers avec Roscosmos, ainsi qu’avec les autres partenaires de la station, dont le Japon, le Canada et l’Agence spatiale européenne, pour prolonger de six ans la date de fin officielle de l’alliance ISS, soit jusqu’en 2030.

Alors que les tensions politiques sont un facteur clé des plans d’urgence, les observateurs du programme spatial russe soulignent également les pressions financières de cette agence.

La semaine dernière, le chef de Roscosmos, Borisov, a cité les prévisions des ingénieurs russes selon lesquelles une “avalanche” de problèmes techniques pourrait se produire sur l’ISS après 2024 et il a déclaré que le coût du maintien du segment russe au-delà de cette date serait “énorme”. Il a ajouté qu’il était “économiquement opportun” pour la Russie d’envisager la construction de sa propre station spatiale.


Articles connexes