Des bactéries produisent de l’électricité à partir du méthane : produire de l’énergie tout en purifiant l’environnement des gaz à effet de serre.

Concept de génération d'énergie par plasma

Concept artistique de la production d’énergie microbienne.

Produire de l’énergie tout en purifiant l’environnement des gaz à effet de serre devrait être réalisable grâce aux bactéries. Dans une nouvelle publication, des microbiologistes de l’Université Radboud ont démontré qu’il est possible de faire produire de l’énergie à des bactéries consommatrices de méthane en laboratoire.

Les bactéries, Candidatus Methanoperedens, utilise le méthane pour se développer et se trouve naturellement dans les eaux douces telles que les fossés et les lacs. Aux Pays-Bas, la bactérie se développe principalement dans les endroits où les eaux de surface et souterraines sont contaminées par l’azote, car elle a besoin de nitrate pour décomposer le méthane.

Les chercheurs ont d’abord voulu en savoir plus sur les processus de conversion qui se produisent dans le micro-organisme. En outre, ils étaient également curieux de savoir s’il serait possible de l’utiliser pour produire de l’énergie. “Cela pourrait être très utile pour le secteur de l’énergie”, explique la microbiologiste et auteur Cornelia Welte. “Dans les installations actuelles de biogaz, le méthane est produit par des micro-organismes et ensuite brûlé, ce qui entraîne une turbine, générant ainsi de l’énergie. Moins de la moitié du biogaz est convertie en électricité, ce qui correspond à la capacité maximale réalisable. Nous voulons évaluer si nous pouvons faire mieux en utilisant des micro-organismes.”

Une sorte de batterie

Des collègues microbiologistes de Nimègue ont précédemment montré que… il est possible de générer de l’énergie en utilisant des bactéries anammox. qui utilisent l’ammonium au cours du processus au lieu du méthane. “Le processus dans ces bactéries est fondamentalement le même”, explique la microbiologiste Heleen Ouboter. “Nous créons une sorte de batterie avec deux bornes, dont l’une est une borne biologique et l’autre une borne chimique. Nous cultivons les bactéries sur l’une des électrodes, à laquelle les bactéries donnent des électrons résultant de la conversion du méthane.”

Grâce à cette approche, les chercheurs ont réussi à convertir 31 % du méthane en électricité, mais ils visent des rendements plus élevés. “Nous allons continuer à nous concentrer sur l’amélioration du système”, déclare Welte.

Référence : ” Transfert d’électrons extracellulaires dépendant du méthane au niveau de la bioanode par l’archée anaérobie méthanotrophe “.Candidatus Methanoperedens”” par Heleen T. Ouboter, Tom Berben, Stefanie Berger, Mike S. M. Jetten, Tom Sleutels, Annemiek Ter Heijne et Cornelia U. Welte, 12 avril 2022, Frontières de la microbiologie.
DOI : 10.3389/fmicb.2022.820989

Leave a Comment