Webb de la NASA capture des piliers de la création remplis de nouvelles étoiles et d’un dense nuage de poussière.

Le télescope spatial James Webb de la NASA a capturé un paysage luxuriant et très détaillé des emblématiques piliers de la création, où de nouvelles étoiles se forment au sein de nuages denses de gaz et de poussière. Les piliers tridimensionnels ressemblent à de majestueuses formations rocheuses mais sont bien plus perméables. Ces colonnes sont constituées de gaz et de poussières interstellaires froids qui apparaissent parfois semi-transparents dans la lumière proche infrarouge.

La nouvelle vue de Webb des piliers de la création, qui ont été rendus célèbres par le télescope spatial Hubble de la NASA en 1995, aidera les chercheurs à revoir leurs modèles de formation d’étoiles en identifiant un nombre beaucoup plus précis d’étoiles nouvellement formées, ainsi que les quantités de gaz et de poussière dans la région. Avec le temps, ils commenceront à mieux comprendre comment les étoiles se forment et éclatent de ces nuages de poussière sur des millions d’années.

Les étoiles nouvellement formées sont les voleurs de scène dans cette image de la caméra proche infrarouge de Webb (NIRCam). Ce sont les orbes rouges brillants qui présentent généralement des pics de diffraction et se trouvent à l’extérieur de l’un des piliers poussiéreux. Lorsque des nœuds de masse suffisante se forment au sein des piliers de gaz et de poussière, ils commencent à s’effondrer sous l’effet de leur propre gravité, se réchauffent lentement et finissent par former de nouvelles étoiles.

Qu’en est-il de ces lignes ondulées qui ressemblent à de la lave sur les bords de certains piliers ? Il s’agit d’éjections d’étoiles encore en formation dans le gaz et la poussière. Les jeunes étoiles émettent périodiquement des jets supersoniques qui entrent en collision avec des nuages de matière, comme ces épais piliers. Il en résulte parfois des chocs d’étrave, qui peuvent former des motifs ondulés comme ceux d’un bateau qui se déplace dans l’eau. La lueur pourpre provient des molécules d’hydrogène énergétiques qui résultent des jets et des chocs. Ceci est évident dans les deuxième et troisième piliers en partant du haut – l’image NIRCam est pratiquement pulsée par leur activité. On estime que ces jeunes étoiles n’ont que quelques centaines de milliers d’années.

Bien qu’il puisse sembler que la lumière proche infrarouge ait permis à Webb de “percer” les nuages pour révéler de grandes distances cosmiques au-delà des piliers, il n’y a pas de galaxies dans cette vue. Au contraire, un mélange de gaz et de poussières translucides, appelé milieu interstellaire, situé dans la partie la plus dense du disque de notre Voie lactée, bloque notre vision de l’univers profond.

Cette scène a été imagée pour la première fois par Hubble en 1995 et revisitée en 2014, mais de nombreux autres observatoires ont également observé cette région en profondeur. Chaque instrument avancé offre aux chercheurs de nouveaux détails sur cette région, qui déborde pratiquement d’étoiles.

Cette image recadrée est située dans la vaste nébuleuse de l’Aigle, qui se trouve à 6 500 années-lumière.

Le télescope spatial James Webb est le premier observatoire scientifique spatial au monde. Le Webb permettra de résoudre les mystères de notre système solaire, d’observer des mondes lointains autour d’autres étoiles et de sonder les structures et origines mystérieuses de notre univers et de la place que nous y occupons. Webb est un programme international dirigé par la NASA avec ses partenaires, l’ESA (Agence spatiale européenne) et l’ASC.


Des liens d’affiliation peuvent être générés automatiquement – voir notre déclaration éthique pour plus de détails.

Leave a Comment