L’attaque de la Russie contre l’Ukraine signifie que nous n’irons probablement pas sur Mars, selon l’Agence spatiale européenneS’inscrire gratuitement pour continuer à lire

La guerre en cours en Europe signifie que nous n’irons probablement pas sur Mars cette année, a déclaré l’Agence spatiale européenne.

Au cours de la semaine dernière, les agences spatiales, dont la Nasa et l’ESA, ont souligné que la coopération se poursuivrait avec leur homologue russe, Roscosmos, avec laquelle elles travaillent sur des projets tels que la Station spatiale internationale.

Mais la poursuite de la violence a conduit l’ESA à commencer à apporter des changements à ses plans d’exploration et de voyage dans l’espace, a déclaré son directeur général Josef Aschbacher dans un tweet. “Nous déplorons les événements tragiques qui se déroulent en Ukraine, une crise qui a dramatiquement dégénéré en guerre ces derniers jours”, a-t-il écrit.

Il n’a pas donné d’indication sur les plans plus généraux de l’agence spatiale, et a noté que ses décisions doivent être prises en collaboration avec les pays qui contribuent à l’ESA, ainsi que dans le contexte de toute sanction que ces États membres décident de mettre en vigueur.

Mais une déclaration de l’agence spatiale a clairement indiqué qu’il est peu probable que la mission ExoMars, qui verra un atterrisseur européen transporté vers la planète rouge à bord d’un vaisseau spatial russe, ne se réalise plus.

“En ce qui concerne la poursuite du programme ExoMars, les sanctions et le contexte plus large rendent très improbable un lancement en 2022”, a déclaré l’ESA.

L’arrivée de l’atterrisseur – nommé Rosalind Franklin – avait été prévue pour 2020, mais a été retardée en partie à cause des retards liés au coronavirus.

Les missions martiennes ne peuvent être lancées que tous les deux ans environ car elles nécessitent que les planètes soient alignées de manière à rendre le voyage efficace. Ainsi, tout lancement devra attendre 2024 ou plus tard.

Articles connexes