Une étude examine les réponses immunitaires chez les patients atteints d’insuffisance rénale après la vaccination contre le COVID-19

Dialysis Kidney Failure

Insuffisance rénale en dialyse

Les résultats peuvent aider à améliorer les stratégies de vaccination chez les patients vulnérables.

  • Les personnes atteintes d’insuffisance rénale qui étaient sous dialyse présentaient une réponse immunitaire incomplète et retardée et une réponse immunitaire cellulaire émoussée après COVID-19[feminine vaccination, par rapport aux personnes ayant une fonction rénale normale.
  • Les réponses immunitaires étaient nettement plus fortes avec le vaccin à ARNm-1273 Moderna qu’avec le vaccin PfizerBioNTech BNT162b2. Une variété d’autres caractéristiques ont également prédit la force des réponses immunitaires des patients après la vaccination.

Les taux de mortalité dus au COVID-19 sont particulièrement élevés chez les personnes atteintes d’insuffisance rénale qui sont sous dialyse, ce qui rend SRAS-CoV-2 la vaccination dans cette population est une priorité élevée. Une étude récente a comparé les réponses immunitaires de patients avec et sans insuffisance rénale après immunisation avec différents vaccins COVID-19. Les résultats, publiés dans JASN, peut aider à améliorer les stratégies de vaccination chez les patients vulnérables.

Les personnes sous dialyse ont généralement une réponse altérée à la vaccination. Pour mieux comprendre les prédicteurs et la dynamique de leurs anticorps et réponses immunitaires cellulaires à différents vaccins contre le SRAS-CoV-2, une équipe dirigée par An S. De Vriese, MD, PhD (AZ Sint-Jan Brugge, en Belgique) a évalué prospectivement les réponses à 4 ou 5 semaines et à nouveau 8 ou 9 semaines après l’immunisation avec les vaccins à ARNm Pfizer-BioNTech (BNT162b2) et Moderna (ARNm-1273) chez 543 patients sous hémodialyse et 75 personnes ayant une fonction rénale normale.

Dans l’étude multicentrique, les chercheurs ont trouvé une réponse immunitaire incomplète et retardée et une réponse immunitaire cellulaire émoussée à la vaccination chez les patients sous hémodialyse. Cependant, les réponses étaient sensiblement plus fortes avec le vaccin à ARNm-1273 qu’avec le vaccin BNT162b2 (chez les individus souffrant d’insuffisance rénale et ceux ayant une fonction rénale normale). Les chercheurs pensent que cela peut être dû à la dose d’ARNm plus élevée dans le vaccin ARNm-1273 que dans le vaccin BNT162b2. “Ces différences de réponse immunitaire peuvent se traduire par des différences d’efficacité du vaccin chez les populations vulnérables à long terme, lorsque l’immunité protectrice diminue et dans la lutte contre la variante Delta”, a déclaré le Dr De Vriese.

De plus, les patients hémodialysés qui avaient déjà eu une infection au COVID-19, ne prenaient pas d’immunosuppresseurs, présentaient des taux d’albumine sérique et de lymphocytes plus élevés, avaient déjà répondu à la vaccination contre l’hépatite B et étaient sous dialyse pendant une courte période seulement. anticorps plus élevés et réponses immunitaires cellulaires.

« Nous pensons qu’un vaccin à forte dose peut être une stratégie valable pour améliorer l’efficacité du vaccin contre le SRAS-CoV-2 chez les patients hémodialysés. Les patients les plus vulnérables – ceux qui utilisent des médicaments immunosuppresseurs, ont une faible albumine sérique, un faible nombre de lymphocytes, sont des non-répondeurs au vaccin contre l’hépatite B ou ont un millésime élevé de dialyse – peuvent être de bons candidats pour une troisième dose de vaccin », a déclaré Dr De Vriese.

Référence : « Prédicteurs et dynamique de la réponse immunitaire humorale et cellulaire à la vaccination contre le SRAS-CoV-2 chez les patients hémodialysés : une étude observationnelle multicentrique » par Jens Van Praet, Marijke Reynders, Dirk De Bacquer, Liesbeth Viaene, Melanie K. Schoutteten, Rogier Caluwé, Peter Doubel, Line Heylen, Annelies V. De Bel, Bruno Van Vlem, Deborah Steensels et An S. De Vriese, 30 novembre 2021, Journal de la Société américaine de néphrologie.
DOI : 10.1681/ASN.202070908

Les co-auteurs de l’étude incluent Jens Van Praet MD, PhD, Marijke Reynders, MD, Dirk De Bacquer, PhD, Liesbeth Viaene, MD, PhD, Melanie K. Schoutteten, MD, Rogier Caluwé, MD, PhD, Peter Doubel, MD, Line Heylen, MD, PhD, Annelies V. De Bel, MPharm, Deborah Steensels, PharmD, PhD, et Bruno Van Vlem, MD, PhD.

Articles connexes