Un supercalculateur australien crée l’image d’un reste de supernova à partir des données du radiotélescope

Un superordinateur récemment mis en service en Australie a traité une série d’observations de radiotélescopes, dont une image très détaillée d’un reste de supernova. Appelé Setonix, le superordinateur récemment mis en service au Pawsey Supercomputing Research Centre a créé une image très détaillée à partir des données recueillies par le radiotélescope ASKAP (Australian Square Kilometre Array). Exploité par l’Organisation de recherche scientifique et industrielle du Commonwealth (CSIRO) à Perth, l’ASKAP se compose de 36 antennes paraboliques qui fonctionnent ensemble comme un seul télescope.

Les données d’observation recueillies par le télescope sont ensuite transférées par des fibres optiques à haut débit au Centre Pawsey pour être traitées et converties en images scientifiques.

Dans un article publié, Wasim Raja et Pascal Jahan Elahi du CSIRO ont écrit que les nouvelles images d’un reste de supernova appelé G261.9+5.5 ont été créées par Setonix moins de 24 heures après la mise en service de sa première phase en juillet de cette année.

Située à plus de 10 000 à 15 000 années-lumière de la Terre, la supernova G261.9+5.5 a été classée pour la première fois comme vestige de supernova par le radioastronome Eric R. Hill du CSIRO en 1967, en utilisant le radiotélescope Parkes de l’agence, à Murriyang.

Les vestiges de supernova (SNR) sont les restes de puissantes explosions d’étoiles mourantes. La matière éjectée après l’explosion se disperse dans le milieu interstellaire environnant à des vitesses supersoniques tout en balayant le gaz ou toute autre matière qu’elle rencontre sur son chemin, les comprimant et les chauffant au passage. L’onde de choc de l’explosion comprime également les champs magnétiques interstellaires.

Les émissions visibles sur l’image récente proviennent d’électrons hautement énergétiques piégés dans ces champs comprimés. Elles transportent des informations détaillées sur l’histoire de l’étoile explosée et sur certains aspects du milieu interstellaire environnant.

L’image récente traitée à partir des ondes d’ASKAP est susceptible de constituer une percée dans l’étude de ce vestige et des propriétés physiques du milieu interstellaire en détail comme jamais auparavant.

Jusqu’à présent, une seule étape de l’installation de Setonix a été achevée, la seconde devant avoir lieu d’ici la fin de l’année. Avec d’autres étapes d’installation du superordinateur dans un avenir proche, les scientifiques espèrent découvrir d’autres objets cachés dans le ciel radio.


Articles connexes