Un astronaute à bord de l’ISS utilise des cordes élastiques pour éviter de s’envoler du tapis de course : Regardez

L’Agence spatiale européenne (ESA), une organisation intergouvernementale regroupant 22 États membres, a partagé sur Instagram un petit clip vidéo montrant un astronaute à bord de la Station spatiale internationale (ISS) en train de courir sur un tapis de course. Oui, vous avez bien lu. Vous devez vous demander comment un astronaute est resté stable en microgravité. Eh bien, il y a toujours un moyen.

Dans le clip, l’astronaute, Thomas Pesquet, était attaché à des cordes élastiques qui lui permettaient de ne pas s’envoler du tapis roulant. Ce qui est également remarquable, c’est que l’astronaute semble courir la tête en bas. Cependant, comme Thomas est dans l’espace, cela n’a pas d’importance, car il n’y a pas de gravité.

“En changeant le nombre de clips, ils peuvent définir la force avec laquelle ils doivent être poussés vers le bas”, explique l’ESA dans la légende.

Alors que de nombreuses personnes étaient enthousiasmées par l’effort considérable que l’astronaute a dû fournir pour mettre tout cela en place, plusieurs autres ont laissé des émoticônes dans la section des commentaires pour exprimer ce qu’ils ressentaient.

L’utilisateur Instagram “blockbyblock50” a déclaré qu’en microgravité, l’astronaute devait être “créatif”.

Un autre utilisateur, “almazomaroff”, a simplement écrit : “Odyssée de l’espace 2021”.

“Pourquoi courrait-il à l’envers ?” se demande “trevorsimington”.  En réponse à cette question, l’utilisateur “kacaaa_j_” a dit : “@trevorsimington il n’y a pas de haut ou de bas dans l’espace”.

En parlant de l’expérience, Pesquet a déclaré que puisque la tension était prise par le harnais, c’était vraiment comme courir avec un sac à dos de son propre poids. “Vous le sentez sur les hanches et sur les épaules ! C’est pourquoi nous courons habituellement à une fraction de notre poids terrestre”, a déclaré Thomas, cité par l’ESA dans la légende de la vidéo. ” Mais nos entraîneurs savent comment nous garder honnêtes : ils accélèrent nos protocoles de 30 %…. Il me manque un peu un environnement naturel pour courir, cependant.”

L’ESA continue de partager des images à couper le souffle de villes et de plans d’eau depuis le ciel, en plus, bien sûr, de l’exploration de l’espace. Il arrive également que ces agences spatiales partagent les expériences de leurs astronautes dans l’espace, à bord de leurs stations.


Articles connexes