Mise à jour du logiciel de MARSIS de l’ESA 19 ans après son lancement, l’exploration de Mars devrait gagner en efficacité

L’instrument MARSIS (Mars Advanced Radar for Subsurface and Ionospheric Sounding) de la sonde Mars Express de l’Agence spatiale européenne (ESA) va bénéficier d’une importante mise à jour logicielle qui renforcera ses capacités. Mars Express, la première mission de l’ESA vers Mars, a été lancée le 2 juin 2003 et fonctionnait sous Windows 98. Elle a été équipée de l’instrument MARSIS qui avait découvert des signes d’eau liquide sur la planète rouge. Exploité par l’Istituto Nazionale di Astrofisica (INAF), en Italie, le MARSIS envoie des ondes radio à basse fréquence vers la planète à l’aide d’une antenne de 40 mètres de long. Si la plupart de ces ondes sont renvoyées par la surface de Mars, certaines parviennent à pénétrer et à être réfléchies par les limites entre les couches et les différents matériaux tels que les roches, l’eau et la glace.

Les signaux réfléchis sont ensuite étudiés par les scientifiques qui sont en mesure de cartographier la structure de la planète sous la surface grâce à eux. Ils peuvent ainsi étudier l’épaisseur, la composition et d’autres propriétés des matériaux présents à une profondeur de quelques kilomètres sous la surface de la planète.

Maintenant, les scientifiques sont prêts à améliorer le logiciel de MARSIS pour le rendre plus efficace dans l’exploration de la planète et de sa lune Phobos et pour renvoyer des informations détaillées.

“Après des décennies de science fructueuse et une bonne compréhension de Mars, nous voulions pousser les performances de l’instrument au-delà de certaines des limites imposées au début de la mission”, a déclaré Andrea Cicchetti, directeur adjoint de MARSIS et responsable des opérations à l’INAF, qui a dirigé le développement de la mise à jour.

La mise à niveau améliorera la réception des signaux et la vitesse de traitement à bord de MARSIS afin qu’il puisse envoyer des données de meilleure qualité et en plus grande quantité vers la Terre. Andrea a expliqué qu’auparavant, ils utilisaient une technique complexe pour étudier les caractéristiques de Mars et de Phobos. Mais, elle est utilisée pour stocker des données à haute résolution et consomme la mémoire embarquée de l’instrument.

“En rejetant les données dont nous n’avons pas besoin, le nouveau logiciel nous permet d’allumer MARSIS cinq fois plus longtemps et d’explorer une zone beaucoup plus grande à chaque passage”, ajoute Andrea. Le nouveau logiciel permettra aux scientifiques de mieux analyser certaines régions du pôle sud de Mars d’où ils ont déjà vu des signes d’eau liquide grâce à des données à basse résolution.

“C’est vraiment comme avoir un tout nouvel instrument à bord de Mars Express presque 20 ans après son lancement”, a-t-il ajouté.

Pour les dernières nouvelles et critiques technologiques, suivez Gadgets 360 sur Twitter, Facebook, et Google News. Pour les dernières vidéos sur les gadgets et la technologie, abonnez-vous à notre chaîne YouTube.

Des microbes prospèrent dans une source à faible teneur en oxygène, super-salée et inférieure à zéro dans l’Arctique canadien.

Lancement du Hotwav W10, un smartphone durci avec une batterie de 15 000 mAh et une résistance à l’eau IP69K : Prix, caractéristiques

Articles connexes