Long COVID : Des effets durables pour le 1/10ème des patients sous COVID-19 qui deviennent de grands consommateurs.

Woman Long COVID Sick
Femme malade sous COVID Long

Le COVID long semble affecter environ une personne sur 10 qui s’est remise d’une infection au COVID-19.

Même si l’augmentation et la diminution imprévisibles des taux de COVID-19 se poursuit chez nous et dans le monde entier, un nouveau et vilain problème lié à la pandémie est en train d’émerger.

Nous le connaissons sous le nom générique de “long COVIDBien qu’il ne soit pas générique, nous savons encore très peu de choses à son sujet, notamment ce qu’il est, qui, quand et à quel point il frappera, combien de temps il faudra pour s’en remettre ou si une guérison complète est possible pour tous.

Long COVID, ou condition post-COVID, présente des symptômes qui peuvent inclure des difficultés respiratoires, des douleurs thoraciques, un “brouillard” cérébral, de la fatigue, une perte de l’odorat ou du goût, des nausées, de l’anxiété et une dépression, entre autres.

Il apparaît que affecter environ une personne sur 10 qui ont récupéré d’une infection au COVID-19. Au Canadaune estimation prudente est que le COVID-19 a touché 100 000 à 150 000 personnes jusqu’à présent, bien que les études évaluant la prévalence présentent de sérieux défauts méthodologiques.

Syndromes post-viraux

La communauté médicale et de recherche a d’abord pris conscience de la COVID longue en tant que syndrome post-viral parfois débilitant. est apparu pour la première fois chez des patients qui avaient eu un COVID-19 sévère.en particulier ceux qui qui avaient été traités en soins intensifs.

Ce qui est difficile dans l’identification des COVID longs, c’est que les symptômes sont larges et peuvent être associés à d’autres conditions, et que certains, comme l’anxiété, la dépression et la fatigue, ne peuvent être confirmés par des tests de laboratoire.

Des symptômes similaires qui suivent des infections virales autres que le COVID ont été observés auparavant. Syndrome post-viral après une grippe continue de hanter certaines personnes longtemps après la fin de l’infection, par exemple. Même des infections virales courantes et généralement moins dangereuses comme la mononucléose peuvent parfois avoir des conséquences très des séquelles très graves et durables.

Calendrier COVID long

Ce qui est difficile dans l’identification des COVID longues, c’est que les symptômes sont larges et peuvent être associés à d’autres conditions.

Mais le COVID long semble être différent : il est souvent plus sévère et plus difficile à suivre. Bien que nous soyons, avec d’autres, fortement engagés dans la recherche sur le COVID long, il faudra probablement attendre un an avant d’avoir une meilleure idée de cette maladie. Une fois que nous l’aurons, il devrait être plus facile de développer des thérapies.

Parmi les questions qui demandent des réponses urgentes, il y a celle de savoir si la COVID longue est un syndrome post-viral typique qui suit un schéma prévisible, ou si elle a une empreinte immunitaire unique. Existe-t-il des marqueurs cliniques, radiologiques ou autres de la COVID longue ? Existe-t-il des preuves d’une infection persistante de bas niveau ou d’une inflammation incessante ?

Une partie du défi réside dans le fait que des chercheurs comme nous tentent d’étudier les séquelles de COVID-19 alors que le monde est toujours aux prises avec la phase aiguë de la pandémie, y compris la nouvelle variante Omicron.

Cause et effet

Nous travaillons systématiquement pour déterminer ce que pourraient être la cause et l’effet. Nous avons besoin de preuves fiables, mais elles sont insaisissables.

Même trouver le “contrôle”, ou la population de comparaison, pour la recherche – ceux qui n’ont pas été affectés – est difficile, parce que certaines personnes qui ont été infectées par le COVID-19 n’ont jamais été diagnostiquées, tandis que d’autres ont été diagnostiquées sans être testées.

Tant qu’il reste un segment de la population qui peut ou non avoir eu le COVID-19, il est diablement difficile de réunir un groupe de contrôle qui nous permettrait de tirer des conclusions définitives sur ce qu’est le COVID-19 – et ce qu’il n’est pas.

Un autre obstacle est que nous manquons d’informations détaillées sur la santé des patients COVID-19 avant l’infection, ce qui rend difficile l’évaluation de l’évolution de leur état après la COVID-19.

Si un patient est déprimé maintenant, par exemple, pourrait-il y avoir une autre cause, ou son état pourrait-il s’être développé avant l’infection ? La toux persistante pourrait-elle être enracinée dans quelque chose qui s’est produit avant ou après l’infection par COVID-19 ?

Virus et hôtes

La relation entre les hôtes et les virus peut être complexe et très variée. Elle est façonnée par l’état du patient avant l’infection et par le système immunitaire de l’individu. L’interaction entre ces facteurs crée un large éventail de résultats potentiels, ce qui rend plus difficile l’étude et le traitement de cette nouvelle maladie.condition.

Une théorie que nous et nos collègues explorons par le biais de la recherche est que le COVID-19 déclenche une réponse immunitaire si puissante qu’il se peut que ce ne soit pas le virus qui soit directement responsable du long COVID, mais la réponse de notre corps à celui-ci.

Désintégration de la cellule virale détruisant le concept COVID

Lorsque l’organisme d’un patient est incapable d’éliminer rapidement un virus, il intensifie sa réponse immunitaire et peut finir par fabriquer des anticorps contre lui-même.

Quelques-uns des effets du COVID long semblent être causés par l’inflammationqui fait partie de la réaction typique du corps à tout virus. Cette réaction est exagérée dans le cas de COVID-19.surtout en ce qui concerne l’incapacité du système immunitaire à retrouver un fonctionnement normal.

Lorsque l’organisme d’un patient est incapable d’éliminer rapidement un virus, il intensifie sa réponse immunitaire et peut se retrouver dans les situations suivantes fabriquer des anticorps contre lui-même. Une partie de ce que nous observons avec le COVID long peut être due aux dommages collatéraux de cette réponse, en particulier lorsque l’inflammation résultant de l’infection aiguë était grave.

Malgré les obstacles logistiques, méthodologiques, scientifiques et autres – y compris la surcharge générale de la pandémie – il est vital de faire des recherches pour répondre à ces questions et à d’autres.

Le système de soins de santé doit prévoir les ressources nécessaires pour prendre en charge ce groupe important de patients, peut-être pendant des années après la fin de la pandémie. Ce n’est qu’en en sachant plus sur ce problème grave et croissant que nous pourrons le prendre en charge.

Écrit par :

  • Manali Mukherjee – Professeur adjoint de médecine, Université McMaster
  • Zain Chagla – Professeur agrégé, Division des maladies infectieuses, Département de médecine, Université McMaster.
Articles connexes