Les premiers stades d’Omicron n’ont eu qu’un impact modeste sur l’absorption du vaccin anti-COVID

Vaccine Hesitancy

Hésitation à la vaccination

Un sondage national montre que près de la moitié des personnes précédemment vaccinées restent résistantes aux rappels.

Un sondage national révèle que près de la moitié (47%) des personnes interrogées précédemment vaccinées sont hésitantes ou résistantes aux rappels, ne montrant qu’un changement modeste dans la conviction, même après que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a récemment annoncé le risque posé par la variante omicron à propagation rapide.

“Cela suggère que les premiers stades de l’omicron n’ont pas modifié les intentions de vaccination, cependant, cela pourrait bien changer à mesure qu’il continue de se propager”, a déclaré le politologue de l’IPR James Druckman. Il co-dirige le Projet des États COVID.

“Ce n’est pas aussi surprenant que cela puisse paraître à première vue – lorsque les vaccinations ont commencé, nous avons vu beaucoup d’hésitations qui se sont dissipées une fois de plus et de plus en plus de personnes ont été vaccinées”, a déclaré Druckman.

Druckman est professeur Payson S. Wild de sciences politiques au Weinberg College of Arts and Sciences et directeur associé de l’Institute for Policy Research de Northwestern.

Alors que 30 % des personnes interrogées dans l’ensemble ont indiqué qu’elles avaient déjà reçu le COVID-19[feminine vaccin de rappel, les personnes âgées et les adultes ayant fait des études postsecondaires étaient les plus susceptibles d’avoir reçu le vaccin de rappel.

Le sondage a été mené entre le 3 novembre et le 3 décembre par le COVID States Project, un partenariat de recherche entre les universités Northwestern, Northeastern, Harvard et Rutgers.

Le sondage État par État auprès de 22 277 Américains a cherché à comprendre le niveau de conviction des adultes américains quant à l’importance des injections de rappel pour renforcer l’immunité au COVID-19.

Les différences partisanes n’étaient qu’un facteur mineur dans l’inclinaison vers le rappel. Parmi les répondants au sondage, 33 % des démocrates et 27 % des républicains ont indiqué qu’ils avaient reçu ou avaient l’intention de recevoir une injection de rappel.

Un prédicteur bien plus important de l’inclination à recevoir une injection de rappel était le statut vaccinal antérieur.

Autres conclusions clés du rapport :

  • Les répondants plus âgés sont beaucoup plus susceptibles que leurs homologues plus jeunes d’avoir reçu une injection de rappel, les répondants de plus de 65 ans étant quatre fois plus susceptibles que les répondants de la génération Z (18-24 ans), de 53 % à 13 %.
  • À mesure que le niveau de scolarité augmente, la probabilité d’avoir reçu un rappel augmente (de 22 % chez les répondants ayant un diplôme d’études secondaires ou moins à 46 % chez leurs homologues ayant un diplôme d’études supérieures).

Lire le rapport complet ici.

Les résultats de l’enquête COVID-États précédents peuvent être trouvés ici.

Articles connexes