Les bébés nés pendant la pandémie de COVID-19 ont un score inférieur à un test de dépistage du développement

Infant Baby Photo

Photo de bébé

Des chercheurs de Columbia ont découvert que les bébés nés pendant la première année de la pandémie obtenaient des résultats inférieurs à un test de dépistage du développement des compétences sociales et motrices à 6 mois, que leur mère ait eu ou non le COVID pendant la grossesse, par rapport aux bébés nés juste avant la pandémie.

L’étude, qui comprenait 255 bébés nés dans un hôpital pour enfants Morgan Stanley de New York-Presbyterian et un hôpital Allen entre mars et décembre 2020, a été publiée dans la revue JAMA Pédiatrie.

“Les nourrissons nés de mères qui ont des infections virales pendant la grossesse ont un risque plus élevé de déficits neurodéveloppementaux, nous avons donc pensé que nous trouverions des changements dans le neurodéveloppement des bébés dont les mères ont eu COVID pendant la grossesse”, explique Dani Dumitriu, MD, PhD, professeur adjoint de pédiatrie et de psychiatrie à Université de Columbia Collège des médecins et chirurgiens de Vagelos et chercheur principal de l’étude.

« Nous avons été surpris de ne trouver absolument aucun signal suggérant que l’exposition au COVID pendant in utero était liée à des déficits neurodéveloppementaux. Au contraire, être dans le ventre d’une mère confrontée à la pandémie était associé à des scores légèrement inférieurs dans des domaines tels que les compétences motrices et sociales, mais pas dans d’autres, tels que la communication ou les compétences en résolution de problèmes. Les résultats suggèrent que l’énorme quantité de stress ressentie par les mères enceintes pendant cette période sans précédent peut avoir joué un rôle.

“Ce n’étaient pas de grandes différences, ce qui signifie que nous n’avons pas vu un taux plus élevé de retards de développement réels dans notre échantillon de quelques centaines de bébés, juste de petits changements dans les scores moyens entre les groupes”, explique Dumitriu. «Mais ces petits changements méritent une attention particulière car au niveau de la population, ils peuvent avoir un impact significatif sur la santé publique. Nous le savons grâce à d’autres pandémies et catastrophes naturelles. »

La trajectoire de développement des nourrissons commence tôt

Lorsque la première vague de COVID a frappé New York au début de 2020, Dumitriu a dirigé un groupe de chercheurs en pédiatrie du Columbia University Irving Medical Center et de NewYork-Presbyterian pour organiser des études sur l’impact du virus sur les nourrissons à travers le COVID-19[feminine Initiative sur les résultats mère-enfant (COMBO).

Dans une première étude, les chercheurs découvert que les mères ne transmettent pas le virus COVID à leur fœtus. Cependant, il est connu que les maladies virales pendant la grossesse augmentent le risque de retards neurodéveloppementaux chez les enfants par l’activation du système immunitaire de la mère, qui à son tour affecte le développement du cerveau du fœtus.

«La trajectoire de développement d’un nourrisson commence avant la naissance», explique Dumitriu, qui est pédiatre à la Well Baby Nursery du New York-Presbyterian Morgan Stanley Children’s Hospital. « Avec potentiellement des millions de nourrissons qui pourraient avoir été exposés au COVID in utero, et encore plus de mères qui vivent simplement le stress de la pandémie, il est essentiel de comprendre les effets neurodéveloppementaux de la pandémie sur les générations futures. »

Dans la présente étude, les chercheurs ont analysé les réponses à un questionnaire que les pédiatres remettent aux parents pour évaluer les aspects du développement du nourrisson, tels que la communication et la motricité fine et globale, la résolution de problèmes et les compétences sociales.

Près de la moitié des mères de l’étude ont eu COVID à un moment donné de leur grossesse, bien que la plupart des maladies soient bénignes ou asymptomatiques.

Aucune différence n’a été trouvée dans les scores entre les nourrissons qui ont été exposés au COVID in utero et celles nées pendant la pandémie dont les mères n’ont pas contracté de COVID pendant la grossesse. Cependant, les scores moyens parmi les nourrissons nés pendant la pandémie – que leurs mères aient eu le COVID pendant la grossesse ou non – étaient inférieurs à la motricité globale, à la motricité fine et aux compétences sociales de 62 nourrissons pré-pandémiques nés dans les mêmes hôpitaux.

“Nous voulons que les parents sachent que les résultats de notre petite étude ne signifient pas nécessairement que cette génération sera affaiblie plus tard dans la vie”, a déclaré Dumitriu. “Il s’agit encore d’un stade de développement très précoce avec de nombreuses opportunités d’intervenir et d’amener ces bébés sur la bonne trajectoire de développement.”

Le stress lié au COVID pourrait-il affecter le développement du cerveau ?

Bien que l’étude n’ait pas mesuré le stress maternel pendant la grossesse, Dumitriu dit qu’il est possible que le stress causé par la pandémie et vécu par les mères pendant la grossesse explique la baisse des capacités motrices et sociales des bébés nés pendant la pandémie.

Des études antérieures ont montré que le stress maternel dans les premiers stades de la grossesse a un effet plus important sur le fonctionnement socio-émotionnel chez les nourrissons que le stress plus tard dans la grossesse, et une tendance similaire a été trouvée dans la nouvelle étude : les nourrissons dont les mères étaient dans le premier trimestre de la grossesse à la hauteur de la pandémie avait les scores de neurodéveloppement les plus bas.

D’autres facteurs, y compris moins de dates de jeu et des interactions modifiées avec les soignants stressés, peuvent aider à expliquer pourquoi les bébés nés pendant la pandémie ont des compétences sociales et motrices plus faibles que les bébés nés avant la pandémie.

Les chercheurs continueront de suivre ces nourrissons dans des études à long terme.

Référence : « Association entre la naissance pendant la pandémie de COVID-19 et le statut neurodéveloppemental à 6 mois chez les nourrissons avec et sans exposition in utero à la mère SRAS-CoV-2 infection » 4 janvier 2022, JAMA Pédiatrie.

Les autres auteurs sont Lauren Shuffrey (Colombie), Morgan Firestein (Colombie), Margaret Kyle (Colombie), Andrea Fields (Colombie), Carmela Alcantara (Colombie), Dima Amso (Colombie), Judy Austin (Colombie), Jennifer Bain (Colombie et NewYork-Presbyterian), Jennifer Barbosa (Columbia), Mary Bence (Columbia), Catherine Bianco (Columbia), Cristina Fernandez (Columbia and NewYork-Presbyterian), Sylvie Goldman (Columbia et NewYork-Presbyterian), Cynthia Gyamfi-Bannerman (University of California San Diego), Violet Hott (Colombie), Yunzhe Hu (Colombie), Maha Hussain (Colombie), Pam Factor-Litvak (Colombie), Maristella Lucchini (Colombie), Arthur Mandel (Columbie et NewYork-Presbyterian), Rachel Marsh ( Columbia), Danielle McBrian (Columbia et NewYork-Presbyterian), Mirella Mourad (Columbia et NewYork-Presbyterian), Rebecca Muhle (Columbia et NewYork-Presbyterian), Kimberly Noble (Columbia), Anna Penn (Columbia et NewYork-Presbyterian), Cynthia Rodriguez (Colombie), Ayesha Sania (Colombie), Wendy Silver (Columbie et NewYork-Presbytérien), Kally O’Reilly (Columbie), Melissa Stockwell (Colombie et NewYork-Presbytérien), Nim Tottenham (Colombie), Martha Welch (Columbie), Noelia Zork (Columbie et NewYork-Presbytérien), William Fifer (Columbia) et Catherine Monk (Columbia et New York-Presbyterian).

L’étude a été financée par des subventions des National Institutes of Health (R01MH126531, K99HD103910 et P2CHD058486), de la Fondation Rita G. Rudel et de la Society for Research in Child Development.

Articles connexes