L’eau chaude qui se dirige vers la calotte glaciaire de l’Antarctique oriental pourrait accélérer l’élévation du niveau de la mer à l’échelle mondiale

Le réchauffement de la planète et ses effets néfastes sur la vie sur Terre sont la triste réalité d’aujourd’hui. Une étude récente vient d’ajouter aux inquiétudes en révélant que l’eau plus chaude de l’océan se déplace vers les calottes glaciaires de l’Antarctique oriental et risque d’accélérer l’élévation du niveau de la mer. D’après les experts, cela va nuire à la vie marine et menacer les établissements humains côtiers. Les chercheurs connaissaient bien la fonte de la calotte glaciaire de l’Antarctique occidental et sa contribution à l’élévation du niveau de la mer. Cependant, la situation de la calotte glaciaire de l’Antarctique oriental était peu connue.

Pour combler cette lacune, les chercheurs ont concentré leur étude sur une région au large de l’océan Indien, connue sous le nom de bassin sous-glaciaire Aurora. Cette zone de mer gelée fait partie de l’inlandsis de l’Antarctique oriental, qui est le plus grand inlandsis du monde. Le bassin sous-glaciaire Aurora se trouve sous le niveau de la mer et est donc plus enclin à fondre en raison de la chaleur de l’eau.

Dans leur étude, publiée dans , l’équipe a analysé 90 ans de données d’observation océanographiques au large du bassin sous-glaciaire Aurora. Ils ont découvert que l’océan se réchauffait à un rythme de 2 à 3 degrés Celsius depuis la première moitié du 20e siècle. Ils ont noté que ce taux avait triplé depuis les années 1990 et atteignait 0,3 degré Celsius à 0,9 degré Celsius chaque décennie.

Les chercheurs ont lié cette augmentation de la température à une ceinture de forts vents d’ouest circulant au-dessus de l’océan Austral. Ces vents se déplacent vers le sud en direction de l’Antarctique depuis les années 1960, pendant la période où le mode annulaire austral est en phase positive. Cela est probablement dû à l’augmentation des gaz à effet de serre qui poussent les vents d’ouest vers l’Antarctique en été et apportent de l’eau chaude avec eux.

Jusqu’à présent, les chercheurs pensaient que la couche de glace de l’Antarctique oriental était stable et n’était pas affectée par l’eau chaude. Mais l’étude a révélé que l’eau froide ou l’eau dense du plateau dont elle est entourée est remplacée par de l’eau chaude. L’augmentation de la température de l’eau dans la région constitue une menace pour l’écosystème marin et pourrait affecter la population de certaines espèces.


Articles connexes