L’auteur de “The Gospel of Wellness” parle du culte de Gwyneth et explique pourquoi les fans de Goop n’achètent pas cette huile de serpent.

Je veux me détendre si fort. Je veux gagner à la sérénité. Parce que, comme l’explique la journaliste et auteur Rina Raphael dans son nouveau livre, “The Gospel of Wellness : Gyms, Gurus, Goop, and the False Promise of Self-Care” : “En tant qu’Américains, nous sommes des battants.” En effet, au cours des dernières années, cet ethos a contribué à alimenter une industrie explosivement lucrative de produits et de services destinés presque exclusivement aux femmes américaines anxieuses, épuisées et semi-financières. Alors que le patriarcat n’a pas encore été écrasé, peut-être qu’un masque en feuille et un régime de désintoxication pourront servir de baume temporaire.

En tant qu’écrivain, Raphael couvre le phénomène du bien-être depuis des années. Elle a aussi, de son propre aveu, parfois embrassé ce phénomène. Et l’équilibre intime qu’elle trouve entre son enquête sceptique et curieuse et sa relation honnête avec le consumérisme donne à “The Gospel of Wellness” son punch intelligent et émotionnel. Elle ne dénigre pas les femmes parce qu’elles sont influencées par une industrie puissante et persuasive ; au contraire, elle analyse les raisons pour lesquelles le bien-être moderne est devenu un tel poids lourd, ainsi que les dynamiques de classe et de genre qui le sous-tendent.

Salon s’est entretenu avec Raphael sur la façon dont nous en sommes arrivés à “fétichiser la santé”, les leggings CBD et, bien sûr, Gwyneth Paltrow et Goop.

Cette conversation a été éditée et condensée pour plus de clarté.

J’ai apprécié que vous rendiez ce livre si personnel, et que vous reconnaissiez votre propre participation à cette culture. Même si vous découvrez des choses difficiles, vous gardez aussi un esprit ouvert sur les raisons pour lesquelles nous gravitons autour d’elles.

Je vois beaucoup de moqueries envers les femmes. Beaucoup de “Oh, comment les femmes peuvent-elles être aussi stupides ? Comment peuvent-elles tomber dans le panneau ?” J’ai définitivement un ton narquois par moments, mais pas envers les femmes qui se laissent prendre à ces choses, plutôt envers les personnes qui profitent de leurs vulnérabilités et de leur mécontentement face à certains aspects de la vie moderne. Il était important pour moi de m’inclure, car je suis comme toutes les autres personnes qui se sont laissées prendre à ce genre de choses. Ce n’est pas forcément de leur faute. Il y a aussi beaucoup de désinformation dans les médias grand public. Il y a un tas de choses qui ne viennent pas seulement des influenceurs ou de Goop. Vous les trouverez dans les meilleures publications.

Et les conséquences pour les femmes de ne pas se tenir à jour personnellement et socialement sont intenses. Votre propre histoire commence il y a huit ans.

Je me suis retrouvée constamment épuisée ou confrontée à des pressions, que ce soit sur la scène des rencontres ou dans le secteur des médias, où j’avais l’impression de devoir suivre un certain rythme de vie. Je devais avoir un corps en forme. Je devais manger “propre”. Je devais faire toutes ces choses et à l’époque, je ne réalisais pas à quel point j’étais ciblée.

Je donne un exemple dans le livre, où je dis que si vous tapez le mot “toxique” sur le site d’une publication féminine, vous obtiendrez des milliers d’articles sur “Ceci est toxique” et “Cela est toxique”. “Vous devez nettoyer votre réfrigérateur et vous devez nettoyer vos pots de beauté.” Tapez le mot “toxique” sur le site d’un homme, et vous obtiendrez un ou deux articles, et le mot “toxique” fait référence à la relation d’un homme avec son patron.

On nous dit constamment que nous devons être meilleurs. Nous devons optimiser. Toutes ces choses qui sont généralement exagérées ou mal interprétées, mais aussi c’est toujours sur les femmes. Je n’ai pas réalisé ça, et j’ai eu des troubles de l’alimentation. Je me sentais épuisée. À un moment donné, j’ai réalisé que le bien-être ne m’aidait pas autant qu’il me retenait, me donnant une chimiophobie. J’étais terrifiée par tout ce qui contenait, entre guillemets, des “produits chimiques”, sans même comprendre l’absurdité de cette affirmation, car tout est fait de produits chimiques. Ça ajoutait encore plus de pression à ma vie. A un moment donné, j’ai craqué.

Je suis comme beaucoup de femmes. Vous achetez tout un tas de choses parce que vous les voyez dans les magazines ou parce qu’un influenceur en fait la promotion. Vous vous dites : ” Je vais me sentir mieux avec ça. Je vais acheter cette crème au CBD. Ça va m’aider.” Et vous l’essayez et ça ne fait rien et vous devenez un peu plus sage, et vous ne buvez pas autant le Kool-Aid et vous avez un œil plus critique quand il s’agit de marketing. Il y avait aussi cet aspect où j’ai essayé tellement de choses qu’on m’a promis de me faire sentir mieux et de mieux dormir, X, Y, Z. Puis vous vous dites, c’est juste de l’huile de serpent.

La deuxième partie de mon voyage était que j’étais un journaliste à plein temps de l’industrie du bien-être. J’ai vanté les mérites de nombreuses entreprises qui, je m’en rends compte maintenant, sont assez problématiques, mais je travaillais pour un magazine économique. Ce n’est pas que nous ne nous intéressons pas à la science. C’est juste que c’est vraiment secondaire. Nous nous intéressons à la croissance des profits. Nous nous intéressons aux campagnes de marketing innovantes. C’était vraiment le point central. C’était aussi à une époque où nous étions plus sensibles à la Silicon Valley et à…les marques et les fondateurs. Les médias, surtout après Theranos, se sont un peu calmés. Ce qui s’est passé, c’est que j’ai fait un article sur une entreprise ou une tendance, et j’ai commencé à être interpellé par des scientifiques et des médecins sur les médias sociaux en disant “Pourquoi avez-vous écrit cet article ?”.

Je répondais : “Quoi ? C’est de la beauté pure. Nous sommes tous d’accord. On est tous d’accord. La beauté pure. Notre nettoyant pour visage essaie de nous tuer. Pas vrai ?” Ils disaient : “De quoi tu parles ? As-tu parlé à un toxicologue pour cet article ?” Je répondais quelque chose comme : “J’ai parlé à un dermatologue.” Ils disaient : “Mais un dermatologue ne connaît rien à la toxicologie.” J’ai réalisé que je ne faisais pas mes devoirs comme je le pensais, et c’est un problème dans tous les médias grand public en ce moment.

“Le bien-être est traité comme une mode dans les médias. On ne demande pas aux journalistes d’enquêter.”

Je sais que nous aimons dire que la désinformation est juste avec Joe Rogan, mais elle est vraiment partout. C’est parce que le bien-être est traité comme la mode dans les médias. On ne demande pas aux journalistes d’enquêter sur ces affirmations. Nous les prenons simplement pour argent comptant. “Bien sûr, le bio est meilleur. Bien sûr que la beauté propre est nécessaire.” C’est ainsi que nous soutenons cette industrie qui a des conséquences néfastes pour les femmes. Elle les stresse. Elle les rend obsédées par la consommation. Elle leur dit que si elles ont un cancer, c’est parce qu’elles n’ont pas acheté les bons aliments ou les bons produits. Et c’est… toxique.

J’aime dans le livre comment vous notez la réponse quand une femme dit, “J’ai trop de choses à faire.” Il est renvoyé aux femmes comme, “Vous avez besoin de trouver quelque chose d’autre maintenant. Vous devez prendre soin de vous.” Comme vous l’avez dit, la solution aux problèmes de la vie des femmes n’est pas de leur donner plus de tâches, ni de leur dire de résoudre plus de problèmes et d’élaborer plus de stratégies.

C’est tellement vrai. Beaucoup de gens voient le sous-titre du livre et sont assez offensés. Ils disent : “Qu’est-ce qui ne va pas avec le self-care ? Ça semble être une idée toxique.” Je leur réponds que non, c’est la façon dont on nous vend l’autosoin, c’est-à-dire qu’au lieu de chercher à savoir pourquoi nous sommes si stressés, on dit aux gens qu’ils sont stressés parce qu’ils n’ont pas donné la priorité à suffisamment de masques ou de bains moussants.

“Si vous pensez que vous êtes stressé parce que vous ne faites pas assez de yoga, vous vous trompez.”

Nous masquons les symptômes, ce qui est exactement le problème que nous avons avec l’industrie médicale. Les gens vous diront d’aller vers le bien-être parce que la médecine ne s’occupe pas des problèmes à la racine, ce qui n’est pas vrai. C’est un trope. Puis ils font exactement la même chose avec le bien-être. C’est en train de devenir aussi normatif que l’industrie médicale. Si vous pensez que vous êtes stressé parce que vous ne faites pas assez de yoga, vous vous trompez. Je ne dis pas que c’est simple, mais je donne des idées comme, aller chercher vos collègues de travail et dire, “Nous travaillons trop d’heures, ou arrêtez de nous envoyer des e-mails après les heures de travail.” Ce sont les solutions. Mais au lieu de ça, on dit juste aux femmes de s’auto-médicamenter avec tous ces trucs.

Ça ne marche pas sur le long terme. Je pense que les femmes commencent enfin à le réaliser. Dans le même ordre d’idées, je vois parfois des femmes utiliser l’auto-soin comme couverture. Je donne l’exemple d’une femme qui dit à son mari : “J’ai besoin que tu surveilles les enfants parce que je vais aller prendre un bain pendant une heure”. Il sera genre, “Whoa, whoa.” Mais si elle dit : “Hé, j’ai besoin de prendre soin de moi”, il dira : “Oh, eh bien, c’est de la santé mentale. Ok.” Parfois, je pense que ces choses peuvent nous aider. Mais dans l’ensemble, elles ne sont pas la panacée que nous pensons, et ce n’est pas ce que l’autosoin signifie vraiment, vraiment. C’est tellement axé sur la consommation et la productivité.

J’ai parlé à des psychologues et des thérapeutes pour adolescents qui m’ont dit qu’ils ont toutes ces adolescentes qui sont stressées parce qu’elles ne prennent pas assez soin d’elles-mêmes. Elles se disent : “Je ne fais pas assez de masques pour le visage. Je ne fais pas assez de yoga.” Elles sont stressées de ne pas prendre assez soin de leur stress. C’est ce que je veux dire par le fait que l’industrie nous fait parfois du mal d’une manière que nous n’avions pas prévue. En même temps, je ne dis pas que toute cette industrie est foutue. Je ne dis pas qu’il n’y a pas de valeur à se faire dire de prendre soin de soi et de donner la priorité à la forme physique et à la nutrition. C’est juste que la façon dont on nous le vend est assez problématique.

Les avantages du comportement prosocial, de l’activité physique, de la consommation de fruits et légumes et de la réduction des aliments transformés ont été prouvés. Ce n’est pas mauvais de méditer. Ce n’est pas mal de prendre du temps pour soi. Ce n’est pas mal de se débrancher, de se détacher et de dormir. Alors quelle est la différence, et comment cela a-t-il été monétisé et exploité au point d’exploser au cours de la dernière décennie ?

Il y a quelquesdes choses qui distinguent vraiment la version américaine du bien-être des autres pays. Le bien-être est bien sûr un intérêt mondial en ce moment. Mais ce que nous avons en Amérique ne ressemble à rien d’autre. Il ne s’agit pas d’un phénomène reproduit à l’identique. C’est parce que nous avons certaines caractéristiques dans ce pays qui nous préparent aux problèmes que nous rencontrons actuellement. L’un d’entre eux est la façon dont nous considérons le bien-être comme hautement individualiste. C’est à vous de régler le problème si vous êtes stressé ou si vous ne vous sentez pas bien.

Vous ne voyez pas cette industrie nous dire de nous occuper des solutions communautaires ou de demander plus de soutien à notre gouvernement ou aux plans de la ville au lieu de dire : “Non, c’est votre problème.” Vous êtes stressés, même si c’est parce que vous n’avez pas de politique de garde d’enfants ou parce que vous êtes stressés par les nouvelles, Roe v .Wade, votre mari ne vous aide pas, vos emails de travail, peu importe. Au lieu de cela, ils disent : “Non, c’est votre problème. Tu dois donner la priorité au yoga.” C’est le numéro un.

“L’Amérique s’exprime par le shopping. Ça ne changera jamais, jamais.”

Le second est qu’elle est hautement consumériste. Ecoutez, l’Amérique s’exprime à travers le shopping. Ça ne changera jamais, mais cette idée qu’il faut acheter tous ces trucs pour être bien est tout simplement ridicule. Cela conduit à des problèmes où certaines personnes, certains groupes de personnes qui ne peuvent pas se permettre tous ces trucs, sont exclus. Pas seulement se le permettre. Ils n’ont pas le temps pour ça.

C’est une des conversations qu’on a. “Si on donne aux gens à faible revenu un meilleur accès aux légumes, ils pourront vivre plus sainement.” Eh bien, ils n’ont pas le temps de les préparer. Il faut beaucoup de temps pour préparer un repas frais et nutritif. L’une des raisons pour lesquelles les gens aiment les aliments transformés est que c’est facile. Si vous avez deux emplois, vous ne pouvez pas le faire. Alors dire aux gens, “Si vous ne mangez pas sainement, vous allez tomber malade”, c’est laisser de côté des groupes entiers de personnes.

La pression de la productivité est la troisième. Se faire dire qu’il faut faire toutes ces choses stresse les gens. Ils se sentent coupables lorsqu’ils ne sont pas capables de faire tout ce travail pour être en bonne santé. C’est aussi, dans une certaine mesure, fétichiser la santé. Ce n’est pas seulement ancré dans votre vie. C’est une chose que vous devez faire, c’est une mission ultime et cela devient votre identité. C’est aller trop loin. C’est en partie parce qu’en tant qu’Américains, nous sommes des battants. C’est la propagation de la vieille église et de l’éthique du travail. Nous allons travailler si dur pour les choses.

C’est ce qui fait le succès de l’Amérique. L’inconvénient est que parfois nous appliquons cette éthique de productivité à d’autres choses dans nos vies, ce qui peut nous nuire. Et je dirais que le dernier est que nous sommes des rêveurs. Nous sommes la nation qui a envoyé un homme sur la lune. Nos ancêtres se sont aventurés dans l’Ouest pour faire fortune. Nous avons grandi avec ces fins heureuses de Disney. Nous voulons croire au fantastique, à l’aspirationnel et à l’incroyable, y compris les solutions faciles en bouteille.

Nous sommes le pays qui peut construire Hollywood, la Silicon Valley. Cela signifie aussi que nous sommes plus sensibles aux fantasmes, et parfois pas de la meilleure façon. Donc nous allons croire à une Goop. Nous allons croire à un régime à la mode parce que nous sommes un pays très optimiste, mais l’inconvénient, ou le revers de la médaille, de l’optimisme est la crédulité.

Parlons de Gwyneth. Elle est la masse brûlante d’huile de serpent ardente au centre de tout ça. Tout n’est pas sur elle, mais elle est vraiment le modèle. Et pourtant, j’ai un de ses livres de cuisine.

Les livres de cuisine sont super. J’en ai un aussi. J’adore les soldes de Goop. Ecoute, il y a des choses que Goop fait bien. Je suis le premier à l’admettre.

Qui peut en discuter ? Vous regardez votre site et vous vous dites : “J’aimerais dormir dans des draps élégants”. J’aimerais prendre un bain dans un truc appelé “le martini”. Ça a l’air merveilleux. Mais on sait qu’elle en a plein les bras. Pourquoi a-t-elle toujours autant de succès ? Elle est toujours capable de pivoter vers “l’alimentation intuitive”, “les jeûnes intuitifs”.

Elle est très intelligente. Vous ne pouvez pas nier qu’elle a du charme. Elle comprend vraiment son public. Elle a dit à des étudiants en commerce de Harvard qu’elle veut être une source d’inspiration. Elle rend la santé aspirationnelle. Elle est vraiment au courant d’un style de vie. Elle est très, très intelligente. Elle sait exactement ce que son acheteur veut et elle le lui donne. Et nous faisons plus confiance aux personnes que nous connaissons qu’aux autres, c’est pourquoi aucun médecin ne dirige ce genre de tendances. Gwyneth a gagné un Oscar. Elle est belle. Elle vit sur la côte ouest et a une vie idyllique. Nous pensons que si nous suivons ce qu’elle consomme à l’intérieur, nous aurons ce qu’elle a à l’extérieur – même si, je vous l’assure, la moitié de cela est simplement génétique.

Il y a une part de ça. Je pense aussi qu’il y a parfois un malentendu à propos des acheteurs de Goop. Je dis cela après avoir assisté, je crois, à quatre de leurs conférences et après avoir fait beaucoup de recherches auprès de personnes qui sont fans de Goop. Ils ne prennent pasde la prendre au sérieux. Ils préfèrent vraiment des choses comme ses livres de cuisine et ses produits de beauté. Et comme tu l’as dit, ses draps. Elle est en partie un divertissement pour eux, de la même façon que les road shows médicaux de l’époque avaient des vendeurs d’huile de serpent. Les gens qui assistaient aux spectacles de ces vendeurs d’huile de serpent savaient qu’il ne disait que des bêtises. Certains y croyaient, mais beaucoup de gens le savaient – c’était leur version d’un dîner et d’un film.

C’est la même chose avec Gwyneth. Les gens savent qu’elle est ridicule, mais c’est amusant. Je ne la défends pas car il y a un certain danger à considérer la santé comme un amusement et à la voir comme un divertissement. Mais je pense que les gens lui accordent plus de crédit qu’elle ne le devrait, car si vous parlez à la plupart des adeptes de Goop, ils vous diront : “Je vais toujours chez mon médecin. Je ne vais pas demander des conseils de santé à Gwyneth. Je vous en prie. Je suis là pour acheter ses crèmes de beauté.”

Mais elle légitime certaines idées problématiques. La fatigue surrénale est un exemple que je donne dans le livre et qui est vraiment, vraiment problématique. Et comme le bien-être est traité comme une mode par les médias, lorsqu’elle publie une idée, tout un tas de rédacteurs de magazines de 26 ans sous-payés s’en emparent et la publient. Elle a un effet d’influence. C’est le problème avec Gwyneth.

Où allons-nous maintenant ? Vous terminez votre livre en parlant d’une plus grande démocratisation du bien-être. Ces concepts sont importants, surtout dans un pays très polarisé où ce que je mets sur mon visage est mon identité.

En ce qui concerne l’industrie, elle est déjà en train de changer. Bien sûr, il y a de la désinformation en ligne, et bien sûr les entreprises vont toujours cibler les personnes âgées ou les parents d’enfants malades. Il y a toujours des populations vulnérables qui vont être plus ciblées que le consommateur moyen. Mais on ne voit plus des choses comme des leggings au CBD ou du papier toilette au CBD, qui sont des produits réels et qui ont fait l’objet d’une grande couverture médiatique.

Il y a deux raisons à cela. D’abord, les consommateurs en ont marre. Le consommateur moyen a trop de produits à base de CBD qui s’alignent sur le comptoir de sa salle de bain et qui n’ont pas fonctionné. Ils sont un peu plus critiques et se disent : “Je n’adhère plus à cette histoire de marketing.”

La pandémie a également amené les gens à réévaluer la façon dont ils s’occupent de leur santé, ce qu’ils font, et aussi leurs informations sur la santé. Nous avons un consommateur qui est un peu plus blasé. De plus, beaucoup de choses dont nous dépendions et qui nous obsédaient, comme les cours de fitness en boutique et les jus verts, ont été mises à la poubelle pendant la pandémie. Les gens ont réalisé, “Je n’ai pas vraiment besoin de ces choses.”

Et c’est l’influence de la génération Z. La génération Z n’est pas aussi impressionnée par Gwyneth. Ils ne sont pas impressionnés par les célébrités. Ils se soucient davantage des experts, et ils se rebellent contre ce mandat de productivité axé sur les Millénaires, où tout doit fonctionner si dur et tout doit être parfait en image, le pic Millénaire, la perfection rose, tout parfaitement positionné sur votre Instagram. Ils détestent ce genre de choses.

Ils mettent leur propre spin sur elle où ils sont comme, “Si je veux avoir mac et fromage Kraft, je vais avoir mac et fromage Kraft. Tout va bien se passer. Arrête ça, Millennial.” C’est comme ça qu’ils réagissent, et l’industrie en prend note.

Vous voyez un déclin des tendances les plus ridicules du bien-être. Je ne dis pas que le bien-être disparaît, mais les aspects les plus ridicules sont en train de disparaître. Ce qui est vraiment intéressant, c’est que personne n’est venu à la Goop cruise. Il y a quelques mois, Goop a fait une croisière. J’ai été aux conférences de Goop et elles sont pleines à craquer. Je pense qu’une poignée de personnes sont venues. Goop, je pense, a des problèmes sur toute la ligne, et ce modèle plus ridicule est en voie de disparition.

Dans quelle mesure cela recoupe-t-il notre compréhension croissante de la diversité, notre épuisement croissant de la suprématie blanche ? Une grande partie de ce mouvement symbolise quelque chose qui semble encore plus offensant et privilégié à un moment de notre histoire où nous devons examiner très attentivement et longuement ces questions de savoir qui a un siège à la table et qui n’en a pas.

C’est une chose à laquelle les gens ont vraiment pris conscience. C’est la même chose avec les gens qui s’expriment sur les médias sociaux sur la façon dont ces tendances les affectent. On voit la même chose avec la science. Avant, les influenceurs étaient Gwyneth et Vani Hari. Maintenant, on voit des médecins, des scientifiques devenir des influenceurs à part entière. Ils disent : “Hé, ce que vous pensiez tous être juste, propre ou autre, c’est vraiment problématique. Ce n’est pas la vérité.” La même chose se produit dans le cadre de la discussion sur la diversité, où les gens se manifestent et disent : “Vous savez quoi ? Je me sens exclu. Ce dont vous êtes tous obsédés n’aide pas ma communauté.” Il y a certainement eu des individus plus vocaux au sujet de lales questions inhérentes à tout cela.

Vous terminez le livre en donnant quelques conseils que nous pouvons prendre avec nous lorsque nous sommes attirés dans l’allée de notre Target local, qui promet des gummies qui vont changer nos vies. A quoi devrions-nous faire attention ? J’utilise des mots de bien-être. A quoi devrions-nous penser ?

Il n’y a rien de mal avec le mot “attentif”. Ce n’est pas parce qu’il a été coopté par une industrie d’applications que nous ne devrions pas utiliser ce mot.

Numéro un, j’aimerais que les gens évaluent d’abord leurs sources de stress. Pourquoi êtes-vous stressé ? Pourquoi êtes-vous malheureux ? Bien sûr, nous ne pouvons pas tout contrôler. Nous ne pouvons pas contrôler la circulation. Nous ne pouvons pas contrôler tout un tas de choses. Mais si les gens s’attaquent à ce problème plutôt que d’essayer de le masquer avec tout un tas de produits, ce sera bénéfique. Deuxièmement, il faut vraiment évaluer qui vous suivez et de qui vous obtenez des informations sur la santé. Est-ce un expert dans son domaine spécifique ?

Si vous êtes préoccupé par la toxicologie et les ingrédients, vous devriez peut-être suivre un toxicologue. Ne suivez pas un fondateur de produits de beauté ou un dermatologue qui n’est peut-être pas aussi versé dans ces questions. Suivez donc vraiment quelqu’un qui sait de quoi il parle. Est-ce une personne que d’autres experts dans leur domaine recommandent ? S’agit-il d’une personne de confiance ? Si vous suivez quelqu’un comme Vani Hari et qu’une grande partie de l’industrie de la nutrition dit que cette personne est problématique, il faut peut-être y réfléchir. Je vois beaucoup de gens qui prennent conseil auprès de célébrités et de fondateurs et ces personnes ne savent rien de ce dont elles parlent.

Ce n’est pas parce que vous étiez bon dans un film que vous êtes plus intelligent qu’un médecin. Mais c’est très séduisant. Surtout quand on est fatigué, vulnérable et stressé.

La dernière chose, c’est à quel point cette industrie est misogyne. Comment se fait-il que les hommes ne soient pas forcés de manger “propre” ? Mon mari ne se soucie pas de son déodorant Mitchum. Et pourquoi ça ? Pourquoi est-ce que je m’en soucie ? Pourquoi suis-je terrifiée ? Les hommes, parce qu’ils n’y sont pas exposés, sont du genre, “Ouais, je ne fais pas ça.”

Une grande partie de cette industrie est basée sur la croyance et l’espoir. On prend ce truc et on pense qu’il va nous transporter dans un air pur ou qu’on va être plus heureux, en meilleure santé et plus beaux. Analysez pourquoi vous faites quelque chose et ce que vous voulez en retirer, et si cela va vraiment vous faire sentir mieux. Au fait, j’ai grandi avec W magazine et Vogue. Je comprends. Je ne condamne pas les femmes qui veulent certaines choses que leur dit la société. Mais regardez vraiment quelque chose et demandez-vous si c’est vraiment de la santé et du bien-être, ou si ça ne fait que vous ramener dans le culte de la productivité ou de l’amélioration de soi.

Articles connexes