La start-up californienne Astrolab dévoile un rover spatial et le destine à la mission lunaire Artemis de la NASA.

Une entreprise de la région de Los Angeles, fondée par un ingénieur en robotique expérimenté en matière de vols spatiaux, a dévoilé jeudi le prototype grandeur nature d’un rover lunaire de nouvelle génération, aussi rapide que l’ancien “buggy lunaire” de la NASA, mais conçu pour faire beaucoup plus.

La société Venturi Astrolab a publié des photos et une vidéo montrant son véhicule FLEX (Flexible Logistics and Exploration) roulant dans le désert californien près du parc national de la Vallée de la Mort lors d’un test de cinq jours en décembre.

Selon les dirigeants d’Astrolab, le rover FLEX à quatre roues, de la taille d’une voiture, est conçu pour être utilisé dans le cadre du programme Artemis de la NASA, qui vise à renvoyer des hommes sur la lune dès 2025 et à établir une colonie lunaire à long terme comme précurseur de l’envoi d’astronautes sur Mars.

Contrairement aux buggies lunaires de l’ère Apollo des années 1970 ou à la génération actuelle de rovers martiens robotisés conçus pour des tâches et des expériences spécialisées, FLEX est conçu comme un véhicule polyvalent pouvant être conduit par des astronautes ou commandé à distance.

Construit autour d’un système de charge utile modulaire inspiré de l’expédition conventionnelle en conteneurs, FLEX est suffisamment polyvalent pour être utilisé pour l’exploration, la livraison de cargaisons, la construction de sites et d’autres travaux logistiques sur la Lune, affirme la société.

“Pour que l’humanité puisse réellement vivre et fonctionner de manière durable en dehors de la Terre, il doit exister un réseau efficace et économique depuis le pas de tir jusqu’à l’avant-poste ultime”, a déclaré Jaret Matthews, fondateur et PDG d’Astrolab, dans un communiqué annonçant le développement du rover.

Si la NASA adopte FLEX et sa plate-forme de charge utile modulaire pour Artemis, celui-ci deviendra le premier rover capable d’accueillir des passagers sur la surface lunaire depuis Apollo 17, la dernière des six missions habitées originales des États-Unis sur la Lune, en décembre 1972.

Le véhicule lunaire d’Apollo 17 a établi un record de vitesse sur la lune de 11 miles par heure (17,7 km/h). Le FLEX peut se déplacer tout aussi rapidement.

Les astronautes d’Apollo ont constaté “qu’ils passaient autant de temps hors du sol que sur le sol à cette vitesse, c’est donc une sorte de limite pratique pour la lune”, où la gravité est un sixième de celle de la Terre, a déclaré Matthews, un ancien ingénieur du rover pour le Jet Propulsion Laboratory de la NASA, dans une interview à Reuters mercredi.

Alors que les LRV Apollo transportaient jusqu’à deux astronautes assis aux commandes comme dans une voiture, les passagers du FLEX – jusqu’à deux à la fois – se tiennent debout à l’arrière et pilotent le véhicule à l’aide d’un joystick que l’un ou l’autre astronaute peut manœuvrer.

Le rover lui-même, dont l’empattement correspond approximativement à celui d’une Jeep, pèse un peu plus de 500 kilos, mais a une capacité de chargement de 3 300 kilos, soit à peu près celle d’une camionnette légère.

Avec sa batterie solaire complètement chargée, le véhicule peut fonctionner pendant huit heures avec des astronautes à bord et a une capacité énergétique suffisante pour survivre au froid extrême d’une nuit lunaire, jusqu’à 300 heures dans l’obscurité totale, au pôle sud de la lune, a déclaré Matthews.

Au cours de l’essai sur le terrain du FLEX dans la zone de loisirs hors route de Dumont Dunes, au nord de Baker, en Californie, près de la Vallée de la Mort, le rover était piloté par l’astronaute canadien à la retraite Chris Hadfield, qui est membre du conseil consultatif d’Astrolab, et par Michelle Lin, étudiante diplômée en aérospatiale au MIT.

Une vidéo montre le duo vêtu d’une fausse combinaison spatiale en train de chevaucher le véhicule sur une dune de sable et de l’utiliser pour transporter et installer un grand panneau solaire vertical. “C’était très amusant de conduire le FLEX”, a déclaré Hadfield dans la vidéo.


Articles connexes