La Russie se retire d’un port spatial européen en raison des sanctions liées à la guerre en UkraineS’inscrire gratuitement pour continuer à lire

Roscosmos va arrêter les lancements de Soyouz depuis le port spatial européen de Kourou, en Guyane française, et commencer à retirer son personnel du site, a annoncé samedi l’agence spatiale russe.

Cette décision est prise en réponse aux sanctions imposées par l’Union européenne à la Russie à la suite de l’invasion de l’Ukraine par la Russie le jeudi 24 février, selon l’agence spatiale russe. un message sur le Twitter de Roscosmos compte de Roscosmos.

“En réponse aux sanctions de l’UE contre nos entreprises, Roscosmos suspend la coopération avec les partenaires européens dans l’organisation de lancements spatiaux depuis le cosmodrome de Kourou et retire son personnel, y compris l’équipage de lancement consolidé, de la Guyane française”, peut-on lire dans le tweet.

A deuxième tweet a précisé que 87 Russes travaillent actuellement au port spatial et que les détails de leur départ sont encore en cours d’élaboration.

La décision de Roscosmos contraste avec les déclarations officielles de l’Agence spatiale européenne et de la Nasa, qui ont rapidement affirmé que l’invasion de l’Ukraine par la Russie n’aurait pas d’impact sur leur coopération avec la Russie sur des projets spatiaux allant de la Station spatiale internationale à la construction d’un rover martien, en passant par l’entraînement des cosmonautes russes au Centre spatial Kennedy de la Nasa, au Texas.

“La Nasa et ses partenaires internationaux ont maintenu une présence humaine continue et productive à bord de la Station spatiale internationale depuis plus de 21 ans”, a déclaré un porte-parole de la Nasa le 25 février.

Sept personnes vivent et travaillent actuellement sur l’ISS, dont deux cosmonautes russes, un astronaute de l’ESA et quatre astronautes américains.

Les cosmonautes russes, Anton Shkaplerov et Pyotr Dubrov sont censés revenir sur Terre à bord d’un vaisseau Soyouz russe le 30 mars avec l’astronaute américain Mark Vande Hai, et Roscosmos n’a pas indiqué de changement à ce vol prévu.

Roscosmos poursuit également, du moins en partie, le commerce spatial avec les nations européennes. L’agence spatiale russe a tweeté lundi matin que la fusée Soyouz destinée à lancer des satellites pour OneWeb, une société d’Internet par satellite partiellement détenue par le gouvernement britannique, se rendra bientôt sur la rampe de lancement avant la date prévue du 4 mars.

Articles connexes