Images de la semaine de la NASA : Rogue Planet, Dangerous Dance, SpaceX et Electric Propulsion

Images de la semaine de la NASA : Rogue Planet, Dangerous Dance, SpaceX et Electric Propulsion
Galaxies en interaction Arp 91

Cette image du télescope spatial Hubble de la NASA/ESA présente deux galaxies en interaction qui sont si étroitement liées qu’elles ont un nom collectif – Arp 91. Crédit : ESA/Hubble & NASA, J. Dalcanton, Remerciements : J. Schmidt

Hubble détecte une danse dangereuse

Cette Nasa/CETTE Le télescope spatial Hubble L’image présente deux galaxies en interaction qui sont si étroitement liées qu’elles ont un nom collectif – Arp 91. Leur délicate danse galactique se déroule à plus de 100 millions d’années-lumière de la Terre. Les deux galaxies composant Arp 91 ont leur propre nom : la galaxie inférieure, qui ressemble à un point lumineux, est NGC 5953, et la galaxie de forme ovale en haut à droite est NGC 5954. En réalité, les deux sont des galaxies spirales, mais leurs formes apparaissent très différentes en raison de leur orientation par rapport à la Terre.

Arp 91 fournit un exemple particulièrement frappant d’interaction galactique. NGC 5953 tire clairement sur NGC 5954, qui semble étendre un bras en spirale vers le bas. L’immense attraction gravitationnelle des deux galaxies les fait interagir. De telles interactions gravitationnelles sont courantes et constituent une partie importante de l’évolution galactique. La plupart des astronomes pensent que les collisions entre galaxies spirales conduisent à la formation d’un autre type de galaxies, appelées galaxies elliptiques. Cependant, ces collisions extrêmement énergétiques et massives se produisent à des échelles de temps qui éclipsent une vie humaine. Ils se déroulent sur des centaines de millions d’années, nous ne devrions donc pas nous attendre à ce que l’Arp 91 soit différent au cours de nos vies !

L'équipage de l'expédition 65 de la Station spatiale internationale

Les sept membres de l’équipage de l’Expédition 65 se sont réunis pour un portrait à l’intérieur de la Station spatiale internationale. Crédit : NASA

Le sourire! Vous êtes sur la Station spatiale internationale

Le 4 octobre 2021, les sept membres de l’équipage de l’Expédition 65 se sont réunis pour un portrait à l’intérieur du vestibule entre le module Unity et le module Tranquility de la Station spatiale internationale. Dans la première rangée de gauche sont; le commandant Thomas Pesquet de l’Agence spatiale européenne ; et les astronautes de la NASA Megan McArthur et Shane Kimbrough. À l’arrière : le cosmonaute de Roscosmos Oleg Novitskiy ; l’astronaute Akihiko Hoshide de l’Agence japonaise d’exploration aérospatiale ; l’astronaute de la NASA Mark Vande Hei ; et le cosmonaute de Roscosmos Piotr Dubrov.

Planète voyou semblable à Jupiter

La conception de cet artiste illustre une planète semblable à Jupiter seule dans l’obscurité de l’espace, flottant librement sans étoile parente. Crédit : NASA/JPL-Caltech

Une planète voyou semblable à Jupiter erre seule dans l’espace

Cette conception d’artiste illustre une Jupiter-comme une planète seule dans l’obscurité de l’espace, flottant librement sans étoile mère.

Les chasseurs d’exoplanètes ont trouvé des milliers de planètes, la plupart en orbite près de leurs étoiles hôtes, mais relativement peu de mondes extraterrestres ont été détectés qui flottent librement à travers la galaxie en tant que planètes voyous, non liées à aucune étoile. De nombreux astronomes pensent que ces planètes sont plus courantes que nous ne le pensons, mais que nos techniques de recherche de planètes n’ont pas été à la hauteur de la tâche de les localiser.

Une étude de la planète, appelée Microlensing Observations in Astrophysics (MOA), a balayé le renflement central de notre voie Lactée galaxie de 2006 à 2007. Il a utilisé un télescope de 1,8 mètre (5,9 pieds) à l’observatoire de l’Université Mount John en Nouvelle-Zélande, et une technique appelée microlentille gravitationnelle. Dans cette méthode, un corps de la taille d’une planète est identifié indirectement car il passe juste devant une étoile plus éloignée, provoquant l’éclaircissement de l’étoile. L’effet est comme un miroir cosmique funhouse, ou une lentille grossissante – la lumière de l’étoile d’arrière-plan est déformée et amplifiée, devenant plus lumineuse.

En utilisant les dernières technologies, le télescope spatial romain Nancy Grace de la NASA effectuera une enquête pour découvrir de nombreuses autres exoplanètes en utilisant des techniques puissantes disponibles pour un télescope à grand champ.

Départ du navire de ravitaillement SpaceX Cargo Dragon

Le vaisseau de ravitaillement SpaceX Cargo Dragon est représenté alors qu’il s’éloigne de la Station spatiale internationale. Crédit : NASA

Un départ coloré de la station spatiale

Dans cette image du 30 septembre 2021, le EspaceX Le navire de ravitaillement Cargo Dragon est représenté alors qu’il s’éloigne de l’adaptateur d’amarrage international orienté vers l’avant de la Station spatiale internationale. Les gyrophares du Cargo Dragon et un panache d’un de ses moteurs lors de son départ ont fait un spectacle haut en couleur.

Électrique Hall Thruster NASA Psyche Spacecraft

À gauche, le plasma xénon émet une lueur bleue à partir d’un propulseur électrique à effet Hall identique à ceux qui propulseront le vaisseau spatial Psyche de la NASA vers la ceinture principale d’astéroïdes. Sur la droite se trouve un propulseur similaire non opérationnel. Crédit : NASA/JPL-Caltech

Mission Psyché vers un astéroïde : la propulsion électrique arrive à maturité

Quand viendra le temps pour le vaisseau spatial Psyche de la NASA de se propulser dans l’espace lointain, ce sera plus le cerveau que les muscles qui feront le travail. Autrefois l’affaire de la science-fiction, la puissance efficace et silencieuse de la propulsion électrique fournira la force qui propulsera le vaisseau spatial Psyche jusqu’à la ceinture principale d’astéroïdes entre Mars et Jupiter. La cible de l’orbiteur est un astéroïde riche en métaux également appelé Psyché.

La photo de gauche capture un propulseur Hall électrique en fonctionnement identique à ceux qui propulseront le vaisseau spatial Psyche de la NASA, qui devrait être lancé en août 2022 et se rendre dans la ceinture principale d’astéroïdes entre Mars et Jupiter. Le xénon plasma émet une lueur bleue lorsque le propulseur fonctionne. La photo de droite montre un propulseur Hall similaire non opérationnel. La photo de gauche a été prise au Jet Propulsion Laboratory de la NASA ; la photo de droite a été prise au Glenn Research Center de la NASA.

Les propulseurs Hall de Psyché seront les premiers à être utilisés au-delà de l’orbite lunaire, démontrant qu’ils pourraient jouer un rôle dans le soutien de futures missions dans l’espace lointain. Le vaisseau spatial devrait être lancé en août 2022 et son mode de propulsion super efficace utilise des panneaux solaires pour capturer la lumière du soleil qui est convertie en électricité pour alimenter les propulseurs du vaisseau spatial. Les propulseurs fonctionnent en transformant le gaz xénon, un gaz neutre utilisé dans les phares des voitures et les téléviseurs plasma, en ions xénon. Lorsque les ions xénon sont accélérés hors du propulseur, ils créent la poussée qui propulsera le vaisseau spatial.

Articles connexes